Logo My Hero Academia

Nous sommes actuellement en été, au mois de Septembre

Membre du Mois

Coup de coeur

Coup de coeur My Hero Academia

Les dernières rumeurs

- Alors qu'il exécutait son stage, un élève a été retrouvé carbonisé parmi les décombres. Bien que sous le choc, la police a continué à mener une enquête formelle sur les faits entourant l'équipe de leur maître de stage, Blazing Eye. (Event 2)
- Les malfaiteurs ont été arrêtés durant leurs assauts. Il s'agirait des non moins fameux M.Compress et de ce que les journaux ont nommé "le Démon souriant". (Event 2)
-
- Un club de football américain est en train de se former! On dit que des paris ont été formés sur différents joueurs! En bien comme en mal...
- On aurait vu deux silhouettes rôder près de U.A...L'une d'elle était monstrueuse! Un couvre-feu est imposé pourtant... (Août).
- Le dimanche, on déconseille d'entrer dans les parcs! Attention, les chiens mordent sans raison! (Rumeur d'août)
-Des étudiants auraient été aperçus près d'une boutique de figurines par un étudiant de U.A. On dit qu'ils sont en deuxième année et qu'ils se cacheraient depuis...sont-ils en couple? Qui sont les geeks?!

14 Heros | 36 Elèves | 12 Ligue des vilains | 10 Vilains | 05 Civils

Notre Histoire

Année 2045. 80% de la population a développé des pouvoirs surnaturels, surnommés Alter. Certains les utilisèrent pour semer le chaos, détruire ou réaliser des activités illégales.
D'autres, à l'inverse, utilisèrent leurs nouvelles capacités pour sauver la veuve et l'orphelin, rendant réel le métier autrefois fantasmé de Super-héros, qui devint, au fur et à mesure, une activité reconnue par l'état. C'est ainsi que des écoles se spécialisèrent dans l'éducation de nouveaux justiciers, prêts à affronter ceux bravant la loi : les vilains. La suite

Nouveautés

27/06 Bienvenue à Sumi, Kiaria et Chikara dans le staff ! Consulter
25/05 Le groupe "élève" est à nouveau ouvert. Consulter
23/03 Les rumeurs ont été mises à jour ! D'autres informations à suivre ! Consulter
22/03 Le deuxième event est officiellement terminé ! Voici la nouvelle intrigue de votre forum ! Consulter
26/02 Installation du nouveau design de My Hero Academia RPG, ainsi que d'autres petites nouveautées !Consulter
03/12 Un nouvel event débutera très prochainement ! Tenez vous au courant ! Consulter

02/12 Recensement de décembre. Consulter

03/10 Mise en place de la chronologie du forum. Consulter

19/11 Mise en place d'une aide au fair-play. Consulter

12/11 Plusieurs mises à jours ont été effectués sur le forum. Consulter

07/11 Fin du premier event & recrutement terminé !

18/09 Le premier event de MHA est lancé ! Consulter

21/08 Annonce sur les nouveautés ! Consulter

21/08 Nouvelle page d'accueil !

Prédéfinis


Les blessures, ce n'est pas toujours à l’hôpital qu'on les soigne. [PV Yaoyorozu Momo]

 :: Musutafu :: Autres endroits :: Périphérie Sud :: Hôpital Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Jeu 24 Aoû - 23:57
  • Todoroki Shôto
  • Yaoyorozu Momo
Les blessures, ce n'est pas toujours à l’hôpital qu'on les soigne

Shōto émergeait lentement de son sommeil, réveillé par le chant des oiseaux et par les rayons du soleil. Ces derniers insistaient à travers les fentes des volets et créaient d'étranges échardes lumineuses qui parsemaient les draps du première année. Malgré son éveil naturel, il resta un instant allongé, observant la lumière qui forçait le passage pour venir étendre pleinement sa domination sur les ombres. Il regarda ensuite le plafond, mais fut coupé dans ses réflexions par Fuyumi, sa soeur aînée, qui poussa la porte.
Elle l'informa simplement qu'ils allaient bientôt manger. Sous les paroles de la jeune femme, le plus jeune des deux se redressa subitement en position assise. Manger ? Aussitôt ? Pourtant, il ne devait être que... Midi. L'élève de l'U.A resta figé sur l'heure de son réveil. Il était aussi tard ? Pourquoi sa soeur ne l'avait-elle pas réveillé plus tôt ?
Question à laquelle Fuyumi répondit simplement, elle avait souhaité le laisser se reposer après cette dure semaine de stage. Ah oui, les stages, la semaine venait juste de finir pour les apprentis-héros et ils avaient le droit à quelques jours de repos.

La plus âgée laissa donc son petit frère se remettre de ses émotions, fermant la porte pour repartir vers la cuisine. Shōto se leva du lit pour ouvrir ses volets, laissant la lumière de l'astre lui éblouir la vue. Il cligna des yeux plusieurs fois pour s'habituer à une telle déferlante de lumière soudaine, remarquant que le temps était dégagé. Maintenant que sa semaine de stage était achevée, il allait peut-être pouvoir rendre visite à sa mère.
Le fils d'Endeavor avait déjà suffisamment bûché avec son paternel pour mériter une pause. Ce dernier ne l'avait pas ménagé, ayant toujours dans l'optique de faire de son fils un modèle de perfection qui détrônerait son rival. Il devait se l'avouer, au fond de lui, le numéro deux n'était pas à cette place pour rien.

Todoroki partit en direction de la salle, après s'être lavé et habillé. Il avait choisi une tenue simple, comme le ferait un civil. Tee-shirt clair, pantalon sombre, veste bleu nuit, qu'il assortirait avec des baskets en sortant. Ce fut justement le bon moment que choisit Fuyumi pour apporter le repas à table. Table qu'il rejoignit sans se faire attendre.
Même si la faim n'était pas des plus présente au réveil, il fit l'effort de manger la totalité de son bol de riz, sans oublier les portions de protéine. Il termina avec un verre d'eau, qu'il but d'une traite, sans non plus s'étouffer. Une fois le repas terminé, il aida sa soeur à débarrasser et à faire la vaisselle. Elle nettoyait et lui essuyait avant de ranger les affaires à leur place respective.

C'est d'ailleurs durant cet instant silencieux que Fuyumi questionna son cadet sur son stage. Questions qu'il esquiva pour la plupart. Ce n'était pas vraiment de l'amusement pour lui, surtout que son maître de stage était son propre père, chose des moins amusantes. Toutefois, il comprit bien qu'elle cherchait à briser le silence qui pouvait s'avérer pesant entre eux.
La tâche quotidienne achevé, il fila dans sa chambre sans un mot pour récupérer sa sacoche, fourrant à l'intérieur le nécessaire pour ce qu'il avait prévu cette après-midi. Rendre visite à sa mère, évidemment. Poussant sa porte, il alla s'asseoir à l'entrée pour enfiler ses chaussures, sous le regard visiblement perturbé de sa soeur qui le questionna sur ses projets.

« Je vais à l'hôpital. Je serais rentré avant ce soir. »


Sous ces derniers mots, il quitta donc le domicile familial, laissant sa soeur aînée sur le pas de la porte, assez dubitative. Elle ne pouvait pas faire grand chose pour l'arrêter après tout. Il allait où bon lui semblait, telle une feuille se laissant porter au gré du vent. Sur le chemin, il passa par les rues commerçantes, c'était un chemin basique pour arriver au centre-ville. Shōto eut l'odorat attiré par une douce odeur de viennoiserie chaude. Pas, du fait qu'il ait spécialement fin, il venait tout juste de manger.
Mais il pensa à sa mère, peut-être n'avait-elle pas encore mangé, elle ? La nourriture des hôpitaux était-elle bonne ? N'ayant jamais fait de séjour prolongé de ce genre dans une clinique, il laissa donc son envie le porter jusqu'à une pâtisserie. C'était de là d'où venait l'odeur qu'il avait précédemment humé.

Todoroki franchit la porte, une petite clochette retentissant à son entrée. Alors que son regard se perdait sur les multiples gâteaux, une voix féminine l'interpella. La caissière vint l'aborder poliment, tout en le questionnant sur son futur choix. Chose à laquelle il répondit qu'il n'arrivait pas à se décider. La femme, visiblement d'une trentaine d'années, regarda ses propres rayons, tout en questionnant le jeune garçon.
C'est pour offrir ? À qui donc ? Votre mère ? Qu'aime t-elle précisément ? Et encore d'autres questions de ce genre qui filèrent dans les méandres de l'esprit du garçon au double Alter. Au final, la vendeuse lui présenta diverses pâtisseries, toutes plus appétissante les unes que les autres. Il y'en avait une au chocolat, une autre parsemée de fruits frais, encore une autre avec du glaçage et des perles de sucre.
Tout un choix qui faisait hésiter le garçon. Alors qu'il se demandait quel gâteau pourrait le plus convenir à sa génitrice, un petit garçon arriva, provenant de l'arrière-boutique. Il courrait en faisant le bruit d'un avion, tenant une figurine d'All Might.

Il devait avoir environ cinq à six ans vu sa taille. Il remarqua d'ailleurs Shōto, s'arrêta de jouer et le regarda avec de grands yeux brillants. Le petit sautilla jusqu'à lui en jacassant son nom et prénom, tout en lui disant qu'il avait été "méga cool" lors du festival sportif. Assez gêné, il ne savait pas quoi répondre, un simple "Merci." sortit de sa bouche alors que la vendeuse, visiblement sa mère, lui ordonna de retourner dans sa chambre.
Le petit s'exécuta en criant un "PLUS ULTRA" plein d'énergie. La mère s'excusa de nouveau envers son client, tandis que le fils d'Endeavoir pointa du doigt la pâtisserie choisie. Elle acquiesça son choix et alla l'emballer avec une gestuelle douce et habille.
Le garçon bicolore paya son achat, recevant une petite boîte blanche emballée et surmonté d'un petit ruban rouge. Après des remerciements mutuels, il quitta la boutique, direction l'hôpital.

De peur d'abîmer le paquet, il le rangea précieusement, sans qu'il ne bascule, dans son sac. Continuant son chemin jusqu'à la destination finale, en arrivant devant la façade blanche, il resta immobile. Peut-être bien cinq minutes, observant les fenêtres, certaines étaient fermées, d'autres entrouvertes. Il poussa un petit soupir, son souffle se mêlant à la brise légère, avant de recommencer à marcher vers l'entrée.
Shōto était bien trop dans ses pensées pour remarquer ou non si on le suivait. Qui pouvait bien le suivre jusqu'ici après tout ? Probablement personne. Une fois au guichet, il s'annonça, puis partit directement vers la chambre de sa mère. À force de venir, les réceptionnistes le connaissaient et lui-même connaissait l'étage et le numéro par coeur.

Cette fois, contrairement à la première, il n'hésite pas à appuyer sur la poignée, ouvrant et passant la porte qu'il referma derrière lui. Entre-temps, il avait ressorti le paquet, le tenant précieusement à deux mains. Sa mère se retourna, un sourire illuminant son visage à la vue de son fils. Ce sourire décompressa immédiatement Shōto qui sourit inconsciemment lui aussi.
Elle avait un effet fou sur lui, un effet que seule une mère pouvait procurer à son enfant, du réconfort. Il lui tendit la boîte, un regard bienveillant posé sur sa génitrice qui ouvrait délicatement le paquet en tirant sur le ruban. Son sourire s'agrandit, elle en versa même une petite larme de bonheur, serrant son fils dans ses bras après avoir déposé le présent.

L'étreinte dura, sans que les deux concernés ne s'en lassent. La chaleur de sa mère était une source de bienfait pour le jeune Todoroki, bien que leur point commun réside essentiellement dans la glace. En parlant de glace justement, le gâteau en question était un petit mélange, une sorte de soufflet glacé aux fruits. Pendant qu'elle découpait la pâtisserie en deux, souhaitant obligatoirement la partager avec son enfant, Shōto s'installa sur un siège à côté d'elle.
Ensemble, ils prirent une bouchée, une première bouchée qui leur congela le palet sous la fraîcheur. On aurait presque pu souffler de la fumée du nez à cause de la fraîcheur de la chose. Les fruits étaient fondants, le glaçage se mariait parfaitement avec la pâte à choux du gâteau. Un mélange qu'on pourrait trouver complexe et pourtant parfaitement assemblé.

La dégustation finie, une infirmière toqua à la porte, annonçant que c'était l'heure de faire un examen habituel. Manque de chance, il avait été prévu aujourd'hui, coupant le moment entre la mère et le fils. Malgré son air désolé, la mère rassura son fils, ce dernier faisant de même, ils se reverraient bientôt. Après cette promesse faite, il quitta la chambre, marchant dans les couloirs à pas lents pour se diriger vers la sortie.
Il ne regardait pas totalement devant lui, fixant un point invisible qui était au sol lors de son cheminement. En espérant ne pas bousculer quelqu'un sur son passage...
avatar
Messages : 393
Disponible en RP : Dispo !

Fiche de Pouvoir
Grade: 19
Année et Classe: 1-A
Alter: Glace et Feu
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Dim 2 Sep - 23:51
Momo n’avait pas vraiment apprécié sa semaine de stage. Ubawami était sans doute une grande héroïne, mais elle ne s’attendait clairement pas à passer tout son temps à tourner une pub pour shampoing. Quelque part, elle ne pouvait pas dire qu’elle n’avait rien appris, après tout, le marketing était une part importante du métier de héros mais justement, elle ne pouvait pas s’empêcher d’être un peu déçue par cette facette très consumériste de sa future profession. Bien entendu, tout le monde n’était pas obligé d’en faire autant, mais quelque part, c’était nécessaire pour réussir. N’était-ce pas pour cela qu’on les exhibé dès leur première année de lycée lors du championnat ? Ses parents lui avaient toujours rabâché l’importance de surveiller son image, d’être irréprochable en toute occasion, finalement Ubawami avait juste portée la chose à un niveau supérieur et bien plus pailleté… Quelque part, elle avait toujours su que ses attitudes calculées et consuméristes existaient dans la profession, mais le vivre, surtout à un moment aussi critique, c’était autre chose. Après avoir entendu les discours de Stain et tous les débats que cela avait provoqué, elle ne savait plus trop quoi penser, sur ce que signifiait réellement être un héros.

Elle avait besoin de temps au calme pour y réfléchir, d’autant plus que l’inaction ne l’avait pas aidé à redorer son blason après l’échec cuisant du championnat, mais on ne se reposait jamais chez les Yaoyorozu. Ce n’est pas parce qu’elle n’avait pas école qu’elle pouvait esquiver ses leçons à domicile ou les sorties avec ses parents pour découvrir plus pleinement le métier.

Presque ironiquement, ce n’était pas à un gala mondain qu’ils s’étaient rendus aujourd’hui, mais dans une clinique. Certains faisaient des pubs pour shampoings, d’autres la charité aux enfants malades. Avant, elle n’y aurait probablement vu que de la gentillesse, après tout, tous ces enfants cloués à leurs lits étaient sincèrement ravis de rencontrer leurs idoles, mais maintenant qu’elle avait été un peu formée aux jeux des apparences, elle ne savait plus trop. Étaient-ils sincères dans leur démarche où faisaient ils leur publicité sur le dos de gosses aux regards émerveillés ?

Troublée, Momo d’habitude si attentive et studieuse, secoua la tête pour se reconnecter à la réalité. Elle avait l’impression d’étouffer dans cette pièce remplie d’exclamations joyeuses et de têtes blondes dans leurs blouses d’hôpital aussi décida-t-elle de s’esquiver. De toute façon, elle n’avait pas fait forte impression à la télé et tous les regards étaient braqués sur sa mère et son père qui s’amusaient avec leurs alter et répondaient aux questions, sa présence ne manquerait pas.

Désireuse de s’éloigner du service pédiatrie, elle erra donc sans but dans les couloirs, mettant juste de la distance avec cette branche de la clinique en cherchant un peu de solitude. Perdue dans ses pensées, elle faillit ne pas remarquer Shoto, mais ses cheveux bicolores étaient trop reconnaissables pour ne pas attirer son attention et elle s’arrêta net, faisant quelques pas en arrière pour s’assurer qu’il s’agissait bien e lui.

« Ça alors, Todoroki ? Qu’est-ce que tu fais là ? », s’exclama-t-elle spontanément avant de croiser les bras sur sa poitrine gênée. Les hôpitaux étaient des lieux assez intimes quelque part. On y venait pour les malades ou les naissances, des choses personnelles en somme. Peut-être qu’il n’avait pas très envie d’être vu ici ou de parler. Elle ne voulait surtout pas le froisser ou le forcer à parler de choses potentiellement douloureuses. « Enfin, tu n’es pas obligé de répondre désolée ! C’est juste que je trouve que c’est une sacrée coïncidence de se croiser dans un endroit pareil, je ne pensais pas te revoir avant la reprise des cours… tu vas bien ? »

A nouveau, elle se mordit la lèvre. Les rumeurs voulaient qu’il ait croisé la route de Stain quand son père l’avait capturé, si ça se trouve, il venait là parce qu’il était blessé et elle, elle était là à lui demandait tranquillement comment il allait ! Des fois, pour une intello, elle se trouvait bien stupide.
avatar
Messages : 14
Disponible en RP : Oui encore 1 RP

Fiche de Pouvoir
Grade: 14
Année et Classe: 1-A
Alter: Création
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Lun 3 Sep - 23:15
  • Todoroki Shôto
  • Yaoyorozu Momo
Les blessures, ce n'est pas toujours à l’hôpital qu'on les soigne

À l'entente de son nom, Shōto releva la tête du sol, découvrant un visage familier. Momo se tenait là, un peu plus loin et l'avait interpellé. Il pencha légèrement la tête, un peu surpris de croiser sa camarade de classe ici. Le jeune homme retira cette distance entre eux, se rapprochant jusqu'à pouvoir avoir une conversation avec elle. Elle l'avait déjà commencé, d'ailleurs, en lui demandant la raison de sa venue ici. Il haussa les sourcils, étrangé à ce genre de comportement bienveillant. C'est vrai qu'elle était son amie. Elle n'était pas la seule dans cette nouvelle catégorie. Probablement la première fille, non, sûrement même. La jeune fille s'excusa en avance de sa curiosité, avant que Todoroki ne réponde à ses demandes. Mais avant qu'elle ne dise autre chose, il accéda à sa requête. Ce n'était pas un secret, il n'en avait pas honte.

« Je viens voir ma mère. Elle est ici depuis plusieurs
années maintenant. »


Il aurait bien rajouté que cela était de la faute de son égoïste, idiot, invivable et autres adjectifs péjoratifs, géniteur. Cet homme, qui avait mis sa prétendue femme, celle qu'il est censé aimer et protéger. Mise ici, prise pour folle, avec des dégénérescences psychiatriques et une tenue instable. Todoroki serra légèrement les poings à cette pensée, baissant les yeux. Cela le mettait toujours en rogne, alors il tâcha de vite penser à autre chose pour éviter une situation désagréable auprès de la demoiselle. Juste avant, il s'en souvenait, elle avait posé des banalités habituelles. Comment allait-il ? Un peu triste de devoir quitter sa mère aussi tôt. Il haussa les épaules, et répondit franchement à Yaoyorozu. Ce n'était pas son genre de mentir après tout.

« Je pensais pouvoir passer plus de temps avec ma
  mère, aujourd'hui. Mais ils lui font passer des
examens, alors je reviendrais demain. »


Cela se sentait dans sa voix, le ton, ses paroles ; une sorte de tristesse combinée à de la mélancolie latente. Il redressa son regard vairon vers la jeune étudiante, lui retournant ces deux dernières questions qu'elle venait de lui poser. Comment allait-elle ? Que faisait-elle ici ? Si ce n'était pas trop indiscret, évidemment, et si elle souhaitait en parler. Il avait toute l'après-midi devant lui de toute façon, alors autant ne pas se presser. Qu'allait-il faire d'ailleurs, de cette après-midi ? Il n'en savait trop rien, pour le moment.
avatar
Messages : 393
Disponible en RP : Dispo !

Fiche de Pouvoir
Grade: 19
Année et Classe: 1-A
Alter: Glace et Feu
Voir le profil de l'utilisateur

_____________
Revenir en haut Aller en bas
Mar 4 Sep - 20:31
Ils s’étaient bien évidemment rapprochés pour éviter de crier dans les couloirs, et s’il était presque étrange de le voir en tenu civil, Shoto était fidèle à lui-même. Calme et sobre jusque dans ses vêtements. Elle-même était une image d’Épinal de la fille de bonne famille bien sage, cheveux soigneusement attachés en queue-de-cheval et jupe longue cintrée à la taille sur un haut à motif florale approuvé par sa grand-mère... En la voyant ainsi, personne ne pouvait se douter qu’elle comptait combattre le crime dans un justaucorps rouge moulant et échancré jusqu’au nombril.

Quoi qu’il en soit, cette simplicité qui caractérisait Shoto dans son discours, faisait de lui une personne avec qui elle arrivait bien à communiquer. Il n’était pas très bavard, mais quand il répondait aussi calmement à ses indiscrétions, elle se sentait un peu soulagée… Si elle ne se rendait pas toujours compte de ses maladresses, elle craignait qu’on ne lui en tienne rigueur, mais Shoto partageait avec elle une certaine franchise et une assurance qui la rassurait. C’était le genre de personnes capable de la remettre à sa place si elle dépassait les bornes et en ça elle lui en était reconnaissante même si cela était parfois un peu intimidant.

Un peu moins sur ses gardes maintenant qu’il avait dévoilé avant tant d’aplomb la raison de sa visite – et de son départ si tôt – elle lui sourit en répondant aux politesses d’usage.

« Je suis venue accompagnée mes parents, ils font le spectacle à des enfants… et oui, je vais bien mon stage s’est bien passé même si je m’attendais à… autre chose... », admit-elle avec une petite moue qui trahissait le fond de sa pensée, mais franche ou pas elle était bien trop polie pour critiquer une aînée qui avait pris la peine de l’accueillir une semaine à ses côtés. « Disons qu’il laissera des traces... inattendues... », ajouta-t-elle en soupirant lourdement, embarrassée de repenser à cette atroce pub de shampoing qui allait passer le mois prochain. Dire que tous ses camarades allaient la voir… Était-ce vraiment ça l’image de super-héroïne qu’elle voulait laisser ?

Elle aurait pu encore débattre longuement avec elle-même, mais, ses considérations lui semblaient bien pâles en comparaison à la déception de Shoto qui n’avait pas caché sa contrariété d’avoir dû partir si tôt et elle ne voulait pas l’abandonner à sa mélancolie. Surtout qu’elle n’avait présentement rien de mieux à faire… Non pour être honnête, ce n’était pas du dépit, elle avait envie de passer du temps avec lui.

« Est-ce que tu veux aller à la cafétéria ? Je suis dubitative sur la qualité de leurs plats, mais j’ai entendu dire que leurs boissons chaudes étaient excellentes... », proposa-t-elle avec un sourire encourageant mais décidée à ne pas se montrer insistante. S’il avait envie de parler, ou simplement de se changer les idées, elle offrirait avec plaisir sa compagnie, sinon cela n’aurait été qu’une rencontre hasardeuse qui aurait un peu illuminé sa journée.
avatar
Messages : 14
Disponible en RP : Oui encore 1 RP

Fiche de Pouvoir
Grade: 14
Année et Classe: 1-A
Alter: Création
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 5 Sep - 22:19
  • Todoroki Shôto
  • Yaoyorozu Momo
Les blessures, ce n'est pas toujours à l’hôpital qu'on les soigne

Ses parents faisaient un spectacle ici ? Dans l'enceinte de l'hôpital, pour des enfants ? Shōto resta dubitatif, sans émettre aucune réaction ou même un avis. C'était tout à leur honneur, bien qu'il n'aurait jamais deviné. Elle les avait donc seulement accompagnés ? Ce n'était peut-être pas son truc après tout. Il n'osa pas poser la question dans l'immédiat, vu que la demoiselle évoqua son stage. Un stage qui semblait l'avoir marqué, mais ça ne semblait pas être pour de bonnes raisons. Des traces inattendues ? Qu'entendait-elle par là ? En tout cas, ça avait l'air de la gêner. Peut-être n'était-ce pas une bonne idée de l'interpeller un peu plus sur ce sujet. Le jeune homme haussa légèrement les épaules, renonçant à cette idée.

Avant que la situation ne devienne gênante, pour cause de silence prolongé, Momo prit les devants en invitant son interlocuteur à boire quelque chose. Todoroki hocha nonchalamment la tête à sa demande. Il n'allait pas lui en vouloir de proposer une suite à cette conversation. Comme il n'avait rien de prévu pour la suite des événements, il suivit la jeune fille dans l'enceinte de l'hôpital. Direction le rez-de-chaussée, pour aller à la cafétéria. Peu de personnes s'y trouvaient, en train de grignoter ou de boire. Un thé suffirait, pour lui. Ils passèrent l'un après l'autre leur commande, avant d'aller s'asseoir sur une table, près d'une fenêtre.

À nouveau, arriva ce début de sensation de vide. L'étudiant souffla légèrement sur le dessus du gobelet, avant de boire une gorgée. Le récipient reposé sur la table, il se creusa une petite seconde les méninges. C'est vrai que cette question, à laquelle il avait pensé quelques minutes plus tôt, lui revenait en mémoire. Autant la poser. C'était de la pure curiosité, le sujet devait être personnel qui plus est. Mais elle répondrait si elle le voulait, enfin, elle le savait. Il n'était pas du genre à forcer quiconque, alors certainement pas une camarade, et amie.

« Tu disais que tes parents font un spectacle pour
les enfants. Tu ne les aide pas ? »


Aucun reproche dans le ton de sa voix. Une simple interrogation, pas trop poussée et typique du garçon. Il espérait ne pas l'avoir brusqué, ou même mis dans une situation la mettant mal à l'aise.
avatar
Messages : 393
Disponible en RP : Dispo !

Fiche de Pouvoir
Grade: 19
Année et Classe: 1-A
Alter: Glace et Feu
Voir le profil de l'utilisateur

_____________
Revenir en haut Aller en bas
Mer 5 Sep - 23:19
Il avait accepté son invitation sans simagrée et c’est pourquoi ils se mirent en route immédiatement vers la cafétéria. Shoto n’était pas une personne particulièrement bavarde et si elle-même pouvait l’être quand elle était enthousiaste, pour l’heure elle était encore un peu trop mélancolique pour se mettre à piailler sans s’arrêter.

C’est donc accompagnés seulement du bruit de leurs pas qu’ils entrèrent dans la cafétéria nettement plus bruyante que le reste de la clinique même en dehors des repas. Avec sa simplicité coutumière, Shoto commanda un thé et elle l’imita, surprise - et un peu déçue - de ne trouver aucune de ses deux marques préférées. Par dépit, elle se décida finalement à en prendre un de seconde zone au jasmin, décidant que au moins cela lui ferait une nouvelle expérience.

Une fois installée près d’une fenêtre lumineuse, elle lui sourit à nouveau prête à relancer la conversation quand il la prit de court en lui demandant pourquoi elle n’était pas avec ses parents.

Sa question, bien que probablement innocente, fit mouche et elle baissa un peu la tête, sa frange cachant un œil alors qu’elle remuait machinalement son thé. Elle n’avait pas envie de l’importuner avec ses problèmes, surtout qu’il semblait en avoir de bien plus graves, mais elle ressassait ses questions depuis des jours maintenant… Peut-être que l’avis de quelqu’un d’aussi calme et assuré que lui, pourrait lui faire du bien.

« Non en effet, je ne les aide pas aujourd’hui… »
, répondit-elle franchement, en continuant dans sa sincérité une peu abrupte. Elle avait toujours était plutôt directe et Shoto lui-même ayant une tendance à aller droite au but, elle n’était que plus déterminée à ne pas prendre de gants. « Ca va peut-être te paraître stupide mais depuis mon stage, j’ai l’impression que toutes les actions des super-héros sont calculées, que tout n’est qu’une question d’image... Et je ne trouve pas ça très héroïque... », admit-elle, mettant indirectement en cause les véritables motivations de ses parents.

« Depuis l’arrestation de Stain, on n'arrête pas de parler de la notion de super-héros, de ce qu’ils représentent, et du système qui serait corrompu… Et si ce type est indéniablement une mauvaise personne, je ne peux pas m’empêcher de me demander… si ce métier n’a pas été un peu...pervertis par la pression constante de se valoriser », expliqua-t-elle en suivant le fils de sa pensée, lancée aussi sûrement que quand elle récitait une leçon soigneusement travaillée. Indéniablement, toutes ces considérations l’avaient hanté, surtout en voyant des gens comme Izuku qui semblaient incarner l’essence même du super-héros vaillant et sans une pointe d’égocentrisme.

Pour elle, Shoto aussi était un modèle, un futur grand héros assurément, et elle l’admirait, sincèrement, c’est peut-être pour ça qu’elle le regarda dans les yeux quand elle conclut :

« Todoroki... tu crois qu’on peut être un bon super-héros quand on se soucie de son constamment de son image ? Qu'on peut le faire sans tomber dans l'hypocrisie et la démagogie ? Que ça compte autant que de sauver des vies ? », demanda-t-elle en toute ingénuité, sans particulièrement attendre une réponse plutôt qu’une autre. Lui aussi venait d’une famille de super-héros, sans doute lui aussi devait l’argent de sa famille aux métiers de ses parents, lui avait-on rabâché à quel point c’était important de bien se faire bien voir ? Quoi que… Endeavor n’était pas réputé pour être le plus amical des super-héros, mais l’un des plus puissants. Peut-être était-ce là tout le fossé entre leur éducation... Sa famille avait toujours vendu du rêve et capitalisée sur la sympathie qu'ils inspiraient, là où le numéro 2 vendait de l'efficacité.
avatar
Messages : 14
Disponible en RP : Oui encore 1 RP

Fiche de Pouvoir
Grade: 14
Année et Classe: 1-A
Alter: Création
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 6 Sep - 13:37
  • Todoroki Shôto
  • Yaoyorozu Momo
Les blessures, ce n'est pas toujours à l’hôpital qu'on les soigne

Bien, elle ne semblait pas vouloir plus entrer sur ce sujet. Ce que Shōto respecta d'un hochement de tête. C'était sa vie privée après tout, et il ne voulait pas la forcer ou la mettre mal à l'aise avec ça. Pour preuve, elle changea de sujet, abordant celui des héros. Leur mise en valeur, une mise en scène imaginée... Tout n'est qu'une question d'image. Le jeune garçon ravala sa salive sous cette tranchante vérité. Au début, il ne fit que hocher lentement la tête sous les faits exposés. Todoroki ne pouvait pas dire le contraire, son cher paternel étant un parfait exemple de ce que venait de mettre sur le tapis Yaoyorozu. Visiblement, vu le semblant de gêne qui semblait la gagner, soit elle l'avait compris, soit elle aussi se sentait fautive ; d'une certaine manière.

Sans laisser le temps à Shōto d'agréer par la voix, elle enchaîna sur le fond de sa pensée. Stain... Ce nom le fit regarder ailleurs, par la fenêtre, juste un instant. Il n'en avait plus les blessures, de son combat. Il n'avait pas été le plus touché non plus, dans cette bataille. Une nouvelle fois, son regard se perdit, mais cette fois sur ses mains, qui entouraient le gobelet fumant. Non, il n'avait pas de réelles séquelles physiques, juste psychiques. Le système corrompu, le métier de héros pervertit, elle n'était pas, ou plutôt plus, la seule à penser ceci.

De plus en plus de jeunes, depuis la vidéo de Stain remettait en question ce métier vu comme idyllique. Qu'était-ce un héros, au fond ? Comme Momo lui demandait, d'une certaine manière. L'image d'un héros permet de gonfler son propre ego. Rapport succès et reconnaissance. Mais ces deux choses s'obtiennent également par les actes. All Might est un bon exemple à cela. C'est par ses actes qu'il est devenu ce qu'il est aujourd'hui. C'est à cela que Todoroki aspire, à la manière de son camarade Midoriya.

« Ça ne sert à rien de cacher la vérité. En affrontant
Stain, bien que ses manières soient illégales,
j'ai compris ses motivations. »


Il n'était pas le seul à l'avoir compris, d'une certaine manière. Izuku et Tenya en avaient les frais. Cela les avait secoués, mais il fallait admettre cette vérité.

« Il existe bien des héros ne cherchant qu'à avoir
une meilleure image auprès du public. Qu'importent
les moyens, tant qu'ils arrivent à leur fin. Bien que
ce que Stain ait pu relayer comme message, soit
vrai pour certains... Je suis convaincu que ce n'est
pas uniquement de son image qu'un héros devrait
se soucier. »


Il citait évidemment, au début, son père. Un bon exemple, bien qu'il existe d'autres, évidemment. Shōto fit une pause, buvant une petite gorgée de thé, puis reprit.

« All Might, par exemple. Il n'en est pas arrivé là
en se souciant de son image. Mais en se
souciant de la voie sur laquelle il s'est engagé.
Celle du héros. Un héros n'est pas qualifié par
l'image, dans un premier temps. Il se forge son
image par ses actes. Un héros ne devrait pas se
soucier de forger son image, mais plutôt se soucier
de ce qu'il accomplit en tant que héros. »


Agir, secourir, tels pouvaient être des motifs et des motivations héroïques, poussant à l'élévation d'une image. Néanmoins, c'était sur ce genre de principes héroïques, qu'il fallait se concentrer. Et non sur des choses superficielles passant après la ligne principale d'un héros. Être là, au bon endroit, au bon moment, et faire "son travail", même si Todoroki n'était pas vraiment adepte de ce genre de mots. Au moins, il était sincère dans ce qu'il disait. C'était difficile à admettre, ce système de réputation entachée, mais c'était la réalité.
avatar
Messages : 393
Disponible en RP : Dispo !

Fiche de Pouvoir
Grade: 19
Année et Classe: 1-A
Alter: Glace et Feu
Voir le profil de l'utilisateur

_____________
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 6 Sep - 20:27
Comme toujours, là où elle se débattait vainement dans un flot d’idées ininterrompu, incapable de se décider sur une réponse dans ce marasme, Shoto lui, débordait d’assurance et de certitudes. Il était capable d’affirmer ce qu’il voulait, il semblait savoir quel genre de héros il voulait être et c’était impressionnant. Surtout que son raisonnement ce tenait.

« C’est vrai… Beaucoup de grands héros se définissent par leurs actes… ils disent qu’ils ne réfléchissent pas, ils agissent… instinctivement… Sans se soucier du reste... », approuva-t-elle en serrant légèrement ses doigts contre la tasse encore brûlante. « Une qualité que je n’ai probablement pas... », admit-elle à voix basse d’une voix si douce, qu’elle n’était pas sûre de l’avoir prononcé ou juste pensé.

Il faut dire qu’elle analysait tout, toujours tout, faire preuve d’instinct, de spontanéité, elle n’était pas sûre d’en être capable. Sans parler de témoigner la même abnégation que Midoriya ou certains autres de leurs camarades. Elle calculait trop, toujours tout, les notes, les réussites… et c’était terriblement frustrant de se retrouver en face d’une qualité qu’elle ne pouvait pas développer en s’entraînant, comme elle le faisait toujours.

Elle n’avait jamais douté de devenir une grande héroïne, mais en avait-elle vraiment les capacités ? Serait-elle capable d’être un vrai héros, et pas juste une poupée Barbie qui compte sur ses fans pour exister et justifier sa licence ? Elle ne voulait pas ressembler à l’héroïne qui l’avait accueilli en stage…

« … Ubawami, m’a choisi pour son agence parce qu’elle me trouve jolie. Je ne m’attendais pas vraiment à de bonnes offres vu mes piètres performances au championnat mais malgré tout… C’était frustrant. J’ai toujours voulu être une vrai héroïne, qui aide les gens, qui fait la différence. D’être le genre de personnes capable d’inspirer l’espoir ou le réconfort par sa simple présence. J’imagine que l’image est au moins importante pour ça, même si elle se créait d’elle même et non pas par des gestes calculés… », avoua-t-elle en s’enflammant un peu comme à chaque fois qu’elle parlait de son futur métier.

Il y avait sans doute un peu de fatalisme dans ses propos, de détresse dans ses yeux, mais pas de renoncement. Elle ne faisait pas les choses à moitié et quand elle s’était engagée dans cette voie, c’était à corps perdu, elle irait jusqu’au bout et elle donnerait tout pour devenir l’héroïne qu’elle voulait être… mais disons que la route était beaucoup plus difficile qu’elle ne l’avait imaginé, et que parfois, face à tout ces obstacles elle se demandait où chercher le courage de continuer à lutte et elle haïssait sa propre faiblesse là où les gens comme Shoto ne semblaient jamais vaciller.
avatar
Messages : 14
Disponible en RP : Oui encore 1 RP

Fiche de Pouvoir
Grade: 14
Année et Classe: 1-A
Alter: Création
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Dim 9 Sep - 18:52
  • Todoroki Shôto
  • Yaoyorozu Momo
Les blessures, ce n'est pas toujours à l’hôpital qu'on les soigne

Yaoyorozu acquiesçait les dires de Shōto, qui l'écouta, captant son dernier message à peine soufflé. Il baissa un instant les yeux, lui aussi, réfléchissant à ce qu'elle venait de dire. Au fond, le jeune homme cherchait un moyen pour la réconforter et lui prouver qu'elle avait tord sur cette dernière phrase. Mais n'étant pas vraiment totalement à l'aise et décomplexé sur les relations sociales, il ne savait pas comment s'y prendre. Un peu hésitant, il passa une main dans sa nuque, redressant son regard sans pour autant la regarder directement. Todoroki chercha ses mots, espérant ne pas la rabaisser d'avantage ou faire office de donneur de conseils redondants.

« Certaines qualités sont innées. Mais beaucoup
s'apprenne. Tu n'as pas à t'en faire pour ça.
Si jamais c'est ce que tu veux faire, ça viendra
instinctivement, comme des réflexes. »


Alors qu'elle enchaînait sur son stage, sa tutrice héroïne plus particulièrement, Todoroki reprenait une gorgée de thé. Pas satisfaite, frustrée, c'étaient les principales émotions qui ressortaient de Momo quand elle en parlait. De ce qu'il en avait compris, elle n'était pas tombée sur ce genre de stage très héroïque, un peu comme Mineta en avait fait l'expérience. Ce n'était que leur premier stage, elle pouvait aisément se rattraper sur les prochains. Cette évocation lui fit d'ailleurs revoir quelques souvenirs du sien. Dans l'agence d'Endeavor, à sa propre surprise. Il avait accepté que ce bon à rien de père restait tout de même le numéro des héros. Arrogant, ne faisant que gonfler son ego et son image, il gardait néanmoins l'expérience du terrain. Un atout non-négligeable, que Shōto voulait s'attribuer. Trier les bons points des mauvais, il s'en sortait bien pour l'instant. Après, refaire tous ses stages chez lui, il n'y pensait pas encore. La diversité des agences fréquentées restait un avantage. Car chaque agence agissait, certes, avec de mêmes bases, mais pas avec les mêmes méthodes et moyens.

« Ça viendra avec le temps. Tu te forgeras toi-même
ton chemin, une voie que tu veux suivre
et défendre, en tant qu'héroïne. »


Il repensait à ses discussions avec Midoriya, à ce sujet. Sur sa propre définition du héros, sur le chemin qu'il voulait emprunter, sur ses motivations... Être un héros avec ses convictions à protéger, c'était aussi ça, leur futur métier. En disant cela, il avait l'impression d'avoir joué l'adulte et sa morale, ce qu'il n'aimait pas faire. Mais c'était spontané, lui aussi, d'un côté, était inspiré par d'autres. Il avait sa propre voie, qu'il avait trouvée, non pas seule et sans obstacle. Alors que la cafétéria commençait à se vider, les pauses-café se terminant les unes à la suite des autres. Todoroki avala sa dernière gorgée de thé, reposant la tasse devant lui. Son regard vairon se tourna ensuite instinctivement vers la fenêtre, d'où s'échappait un léger courant d'air. Elle était entrouverte, laissant passer une fine brise. À la suite, le jeune garçon, reporta ses yeux sur son interlocutrice, peut-être avait-elle de nouvelles questions ou confessions à faire. Shōto était ce genre de personne à écouter, sans commenter, sauf si nécessaire. Puis si on lui demandait son avis, ou des conseils, il essayait de répondre le plus sincèrement possible. Malgré le fait qu'il ne soit pas la personne la plus sociable, le fils d'Endeavor faisait de son mieux pour aider, à sa manière.
avatar
Messages : 393
Disponible en RP : Dispo !

Fiche de Pouvoir
Grade: 19
Année et Classe: 1-A
Alter: Glace et Feu
Voir le profil de l'utilisateur

_____________
Revenir en haut Aller en bas
Mer 12 Sep - 17:47
Encore une fois, le calme direct de Shoto était particulièrement frappant pour quelqu’un comme Momo qui réfléchissait toujours trop. Ses remarques incisives mais pertinentes la touchaient bien plus que les discours qu’on avait pu lui servir et qui sonnaient faux. Il ne se contentait pas de la rassurer bêtement, au contraire, il posait simplement un horizon à atteindre et les défis ne lui faisaient pas peur. Il avait raison dans le fond, toutes ces qualités elle pourrait les développer, et c’était à elle de choisir ce qu’elle voulait devenir, peu importe ce que Ubawami avait pu voir en elle.

Opinant, elle resta un peu pensive pendant quelques instants alors qu’elle goûtait enfin à ce fameux thé premier prix du bout des lèvres… et à la grimace qui se dessina dessus ce n’était pas difficile de voir qu’elle n’appréciait pas. Sans doute avait-elle était beaucoup trop gâtée, mais elle ne pouvait pas s’empêcher de relever tous les défauts de son breuvage : trop infusé, pas assez sucré, pas assez riche en arôme… Dire que Shoto avait bu le sien sans sourciller. Il faudrait qu’elle lui montre un jour, c’est quoi du bon thé.

Alors qu’elle le fixait depuis quelques longues secondes dans un silence religieux, elle s’ébroua légèrement en faisant un sourire un peu gêné. Elle s’était allait à s’apitoyer dans ses considérations philosophiques alors que lui même semblait traverser un moment difficile… Il lui avait dit que sa mère était là depuis plusieurs années, tout cela n’augurait rien de bon. Une maladie chronique sans doute... Elle n'avait pas vu de quelle section il venait exactement donc c'était dur de juger vraiment de quoi il en retournait.

Elle ne savait pas trop comment aborder le sujet avec lui, et finalement, vu qu’il n’avait pas semblait gêné par quand ils s'étaient croisés, elle laissa sa franchise revenir au galop.

« Je ne savais pas que ta mère était internée ici, c’est grave ce qu’elle a ? », déclara-t-elle donc peut-être un poil abruptement, mais avec une empathie sincère qui témoignait bien qu'il ne s'agissait pas de curiosité morbide mais bien de compassion.
avatar
Messages : 14
Disponible en RP : Oui encore 1 RP

Fiche de Pouvoir
Grade: 14
Année et Classe: 1-A
Alter: Création
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Musutafu :: Autres endroits :: Périphérie Sud :: Hôpital-