Logo My Hero Academia

Nous sommes actuellement en été, au mois de Septembre

Membre du Mois

Coup de coeur

Coup de coeur My Hero Academia

Les dernières rumeurs

- Alors qu'il exécutait son stage, un élève a été retrouvé carbonisé parmi les décombres. Bien que sous le choc, la police a continué à mener une enquête formelle sur les faits entourant l'équipe de leur maître de stage, Blazing Eye. (Event 2)
- Les malfaiteurs ont été arrêtés durant leurs assauts. Il s'agirait des non moins fameux M.Compress et de ce que les journaux ont nommé "le Démon souriant". (Event 2)
-
- Un club de football américain est en train de se former! On dit que des paris ont été formés sur différents joueurs! En bien comme en mal...
- On aurait vu deux silhouettes rôder près de U.A...L'une d'elle était monstrueuse! Un couvre-feu est imposé pourtant... (Août).
- Le dimanche, on déconseille d'entrer dans les parcs! Attention, les chiens mordent sans raison! (Rumeur d'août)
-Des étudiants auraient été aperçus près d'une boutique de figurines par un étudiant de U.A. On dit qu'ils sont en deuxième année et qu'ils se cacheraient depuis...sont-ils en couple? Qui sont les geeks?!

14 Heros | 36 Elèves | 12 Ligue des vilains | 10 Vilains | 05 Civils

Notre Histoire

Année 2045. 80% de la population a développé des pouvoirs surnaturels, surnommés Alter. Certains les utilisèrent pour semer le chaos, détruire ou réaliser des activités illégales.
D'autres, à l'inverse, utilisèrent leurs nouvelles capacités pour sauver la veuve et l'orphelin, rendant réel le métier autrefois fantasmé de Super-héros, qui devint, au fur et à mesure, une activité reconnue par l'état. C'est ainsi que des écoles se spécialisèrent dans l'éducation de nouveaux justiciers, prêts à affronter ceux bravant la loi : les vilains. La suite

Nouveautés

27/06 Bienvenue à Sumi, Kiaria et Chikara dans le staff ! Consulter
25/05 Le groupe "élève" est à nouveau ouvert. Consulter
23/03 Les rumeurs ont été mises à jour ! D'autres informations à suivre ! Consulter
22/03 Le deuxième event est officiellement terminé ! Voici la nouvelle intrigue de votre forum ! Consulter
26/02 Installation du nouveau design de My Hero Academia RPG, ainsi que d'autres petites nouveautées !Consulter
03/12 Un nouvel event débutera très prochainement ! Tenez vous au courant ! Consulter

02/12 Recensement de décembre. Consulter

03/10 Mise en place de la chronologie du forum. Consulter

19/11 Mise en place d'une aide au fair-play. Consulter

12/11 Plusieurs mises à jours ont été effectués sur le forum. Consulter

07/11 Fin du premier event & recrutement terminé !

18/09 Le premier event de MHA est lancé ! Consulter

21/08 Annonce sur les nouveautés ! Consulter

21/08 Nouvelle page d'accueil !

Prédéfinis


Du shopping avec un gamin, ou l'enfer sur terre [Aaron Arkving]

 :: Musutafu :: Centre Ville :: Rue Commerçante Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mer 29 Nov - 21:10
C'était comme si je flottais dans un univers, chaud, doux, moelleux et agréable. Sauf qu'il commençait à faire vraiment trop chaud. Je me retournais, je tentais de partir. Mais rien n'y faisait. La chaleur me poursuivait, inlassablement. Ma gorge commençait à me chatouiller. Une sensation désagréable. J'avais quelque chose dedans. Une impression ? Hum... peut-être pas. C'était trop gros. Trop gênant. Et cela venait de bouger. Ça remontait sur ma langue, tandis qu'un frisson désagréable me parcourait l'échine. Pas ça. Je recrachais l'arachnide. Comment était-elle à nouveau arriver là ! Je reculais d'un pas mais je venais de marcher sur quelque chose. Mon regard se baissa sur mon pied nu. Et je vis ce que je venais d'écraser. Une autre bête à 8 pattes. Je me retournais pour voir qu'il y en avait plein. Trop. Beaucoup trop. J'avais envie de crier, mais aucun son ne sortit. C'est là que je pris conscience que c'était trop invraisemblable pour être la réalité.

Réveille-toi.

Je m'intimais l'ordre de m'éveiller. Je me sentis me retourner dans le lit. Et lorsque j'ouvris les yeux, je me trouvais hors de porter de la meute affreuses qui m'avait envahi dans mon songe. Je poussais un soupir de soulagement. Juste un rêve. Ce n'était rien. Mais j'avais toujours chaud. C'était normal, j'avais dormi avec mes vêtements. Je n'en avais pas l'habitude, mais hier soir, j'étais trop fatigué pour penser à me dévêtir.

D'un mouvement, j'écartais la couette et me redressais. Je retirais alors mon haut et me sentis soudainement plus à mon aise. C'était comme si ma peau respirait mieux. Mais ce n'était pas le seul besoin que mon corps me fit sentir. En outre des besoins naturels, la faim se faisait une nouvelle fois sentir. Je me rapprochais alors du bord du lit. Je ne pus m'empêcher de vérifier qu'il n'y avait pas d'araignée sur le sol, puis sur les murs et le plafond. Il n'y avait rien à l'horizon. La sensation désagréable était toujours là, mais au moins, cela n'avait été qu'un cauchemar. Je me levais donc et sortis de ma chambre. Cela était un rien perturbant de s'éveiller dans un lieu inconnu, mais c'était bien plus agréable d'être ici que là où j'étais avant... Je n'avais même pas envie d'y songer...

En sortant de ma pièce, je fis quelques pas dans le couloir. Je vérifiais en même temps que la porte qui menais aux insectes et autres bestioles indésirables était bien fermée. Ce qui était le cas. Je fis alors un tour aux toilettes puis descendis les escaliers pour aller dans la cuisine. Je ne vis pas les chiens sur le chemin, ce qui m'étonna un peu. Je supposais alors qu'ils étaient dans une autre pièce. J'avais cru apercevoir la chambre d'Aaron ouverte.

C'est seulement une fois dans la cuisine que je vis l'heure. Il n'était pas encore tout à fait 10h du matin. Cela faisait longtemps que je n'avais pas dormi autant. C'était que j'en avais eu besoin.
J'ouvris le frigo et regardais ce qu'il y avait. Je fis une moue. Il y avait quelques trucs mais rien qui ne me donnait envie. Je le refermais pour ensuite fouiller les armoires. Je n'étais pas vraiment ce qu'il y avait de plus délicat et discret. Je ne claquais pas vraiment les armoires, mais je laissais la porte se refermer toute seule quand je ne trouvais rien qui me plaisait. Je préférais déjeuner avec du sucré mais... mais... aaah je voulais des crêpes moi ! Il y avait tout ce qu'il fallait mais je restais dubitatif devant les éléments. Je n'en avais jamais fait. Je pouvais toujours essayer. Ça ne devait pas être bien compliqué. Je sortis alors un saladier, des œufs, de la farine, du sucre et.... mince, c'était quoi déjà le dernier élément ? De l'eau ? Non, c'était pas bon l'eau. Trop fade. Je retournais dans le frigo pour voir ce qu'il y avait. Rien sur les petites étages ne m'inspirait. Je regardais alors ce qu'il y avait dans la porte... Le lait ! Mais oui ! Bien sûr ! Je pris la brique et refermais le frigo, un peu violemment, mais sans avoir fait exprès.
C'était maintenant que ça devenait compliquer. Je n'avais jamais fait de crêpes. Je ne m'étais jamais intéresser à la cuisine. Alors pourquoi je voulais m'y essayer maintenant ? Parce que ça pouvait être fun ? Certes. Parce que j'avais faim et envie de sucré ? Aussi... Parce que je voulais me prouver que j'en étais capable ? Certainement. C'était facile à faire. J'en étais persuadé.
Je cassais alors les œufs pour les mettre dans le saladier. Tâche plus facile à dire qu'à faire. Le premier se retrouva briser et étendu sur le banc de travail, coulant même sur le sol. Oups. Le second finit dans le saladier, avec des bouts de coquilles. Je retirais les bouts avec les doigts mais j'avais alors du blanc sur les doigts. C'était gluant, collant et pas agréable. Je grimaçais en tournant le regard autour de moi. Je vis alors un essuie de vaisselle, m'en saisis et essuyai mes mains dessus. Le troisième œuf fut cassé presque parfaitement, de même que le quatrième. C'était toujours ça.
Je voulus ensuite mettre de la farine et ouvris le sachet. Je pris une cuillère pour mettre la poudre blanche dans le saladier. Une, puis deux, puis trois, puis...

-A-atchoum !

J'avais fermé les yeux en éternuant. En les ouvrant, je vis que ma cuillère était vide. La farine avait volé et recouvert l'endroit... hum... Je supposais que j'avais assez de farine. Ça devait être un signe. J'écartais alors le sachet, mais le renversais.

-Merde !

Dans le genre doué, on ne faisait pas mieux. Je redressais la sachet de farine et le mis loin du bord. Mais c'était trop tard, il avait perdu la moitié de son contenu... Je pouvais pas laisser sa comme ça. Je fis le tour de la cuisine mais je ne trouvais rien pour nettoyer. J'allais alors dans le salon, mais je ne voyais rien non plus. C'était bien beau de m'avoir montrer la maison, mais je trouvais où les trucs de nettoyage ? En plus je n'avais même pas remarqué que j'avais marché dans la farine et que j'avais fait des traces de pas blanches. De même que cette même poudre blanche se retrouvait sur mon torse dénudé. Je fis claquer ma langue contre mon palais, contrarié, puis je retournais à cuisine. Je ramassais alors comme je pouvais, avec mes mains, pour mettre les déchets dans la poubelle. Autant dire que cela n'était pas facile. Vraiment pas facile. J'avais l'impression de faire pire que mieux.
avatar
Messages : 81

Fiche de Pouvoir
Grade: 21
Année et Classe:
Alter: Transformation en Loup
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 29 Nov - 22:52

Aaron Arkving

Nagao Satsuki


Du shopping avec un gamin, ou l'enfer sur terre




L'inconscience, un domaine où l'on est que spectateur de ce qu'il nous propose. Rêve, cauchemar, influencer le choix relève de la chance, ou du hasard. La roulette russe du sommeil avait fait tomber Aaron sur le deuxième choix, chose à laquelle il avait apparemment l'habitude.
C'est donc poings et pieds liés, assis sur une chaise immatérielle, qu'il regardait ce que le destin lui montrait. Des souvenirs, une véritable torture qui l'avait rendu totalement insensible à ce genre de scène. Cela aurait plu à ce destin, si jamais il montrait un quelconque signe de regret.

C'est dans un regard empli d'amertume qu'il fixait sa personne d'il y a trois ans. Choqué, terrifié, devant le cadavre de son supérieur. Cela lui rappelait l'expression qu'il avait pu avoir récemment, à cause du décès d'un de ses chiens. Avait-il réellement eu ce visage ? Il ne s'en croyait pas capable.
Pourtant, l'émotion poussait à bien des changements d'expression, cela qu'on le veuille ou non. Il l'avait bien compris, comme la fois où il avait pu pleurer sans s'en rendre compte. Qu'on le veuille ou non, on reste soumis aux émotions humaines terrées au fond de nous.

Une fois cette torture interne terminé, son sommeil pu retrouver une tranquillité infime, avant d'être pourfendue par un rayon lumineux. Difficilement, ses yeux papillonnèrent, pour rester plissé. Il avait bien oublié de fermer les volets hier soir, et il en payait le prix.
Son sommeil s'était allégé, et les rayons du soleil naissant l'avaient naturellement éveillé. Encore émergeant, il pu sentir différentes sources de chaleur contre lui. De chaque côté, deux chiens étaient collés contre lui. Ils étaient tous là, tous sauf celui qui avait perdu la vie depuis quelques jours.

Passant une main sur son visage encore amorphe, il en soupira, de repenser à cet évènement. Ce souffle fit ouvrir les yeux de ses quatre canidés, qui semblaient aux aguets des gestes de leur propriétaire. Aaron leur accorda une longue séance de caresses, comme à son habitude, chaque maintenant.
Il aimait la compagnie des animaux, et ne pouvait pas s'en passer. Au final, ils comblaient la solitude interne de l'homme par une fidélité irremplaçable. Alors qu'il s'occupait de ses fidèles compagnons, un bruit sembla fit tourner la tête des quatre bêtes en même temps. Cela amorça également le redressement d'Aaron, qui se mit en tailleur, le regard tourné vers sa porte entrouverte.

Du bruit... Il y avait du bruit à l'étage inférieur. Vu que les chiens étaient restés avec lui, cela devait être probablement une personne qui ne leur était pas inconnu. Satsuki était donc debout à cette heure ? Il le pensait lève-tard, bien qu'il soit dix heures passées. Les muscles encore un peu engourdis, il tendit le bras le long de son matelas, et ferma les yeux tout en générant son Alter.
La même forme qu'hier, un loup, vu que le gamin semblait l'apprécier. Le maître du domaine envoya son Ego en repérage au rez-de-chaussée, voir ce que pouvait bien faire le jeune homme. Peut-être cherchait-il à manger. Il est vrai qu'Aaron ne lui avait pas foncièrement expliqué où se trouvait tel type de nourriture.

Fermant les yeux à nouveau, il prit le contrôle de son Alter, le loup titubant un peu lors de sa prise de contrôle. Il n'était pas encore très bien réveillé, et changé de vision et de corps ainsi, dès le matin, était peu être un peu prétentieux de sa part. Mais il s'y fit, descendant donc sur quatre pattes les escaliers.
Dans la cuisine, il trouva Satsuki, visiblement paniqué. Et en effet, il avait de quoi l'être. Comme par réflexe, le loup se mit à grogner devant ce bordel sans nom qu'il avait pu mettre dans sa cuisine. Aaron grognait littéralement de colère à travers son Ego, furieux de ce désordre.

Sans même attendre que Satsuki ne le remarque, il quitta le contrôle de son Alter, pour revenir à lui. Mâchoire légèrement crispée,, suite à ce qu'il avait pu voir, il souffla, puis se leva du lit. Toujours en jogging, et torse nu, il passa une main dans ses cheveux courts pour les replacer un minimum sur son crâne.
Sans mettre autre chose sur le corps, il descendit les escaliers, marche par marche, ses chiens le devançant d'ailleurs, vu la lenteur qu'il prenait à descendre. Une fois arrivé en bas, son regard de tueur se plaqua sur le gamin.

« Satsuki... »


Cette voix d'outre-tombe à vous en donner des frissons était également annonciatrice de mauvais présages. Aaron avait des envies de meurtre envers ce gamin qui osait dégueulasser sa cuisine ainsi. Qu'avait-il tenté de faire ? Farine, reste d'oeuf dégoulinant du plan de travail centrale, il avait envie de lui attraper la tête et la taper contre l'îlot. Calme, il fallait rester calme, c'était ce comportement qu'il fallait avoir avec les enfants dans son genre.

« Approche... Maintenant... »


Rien de rassurant n'émanait de lui, on aurait dit qu'il allait découper le pauvre garçon en tranches. Malgré cela, Satsuki devina qu'il avait tout intérêt à ne pas désobéir, et s'avança. Arkving, le visage crispé, l'attrapa par la nuque, comme on tiendrait un animal désobéissant.
Ses chiens, ainsi que son Ego, étaient d'ailleurs derrière lui et s'étaient même un peu reculé suite à l'aura menaçante qu'Aaron pouvait dégager. Non, réellement, rien d'attrayant ou qui pourrait mettre en confiance dans cet état.

« Tu vas me nettoyer ça... Ou je te tue. »


Il lui en fit ravaler sa salive, de ce qu'il avait cru entendre, ou peut-être pas. Sans attendre de réponse de la part du gamin, il le traîna de cette manière vers la porte du garage. Une fois devant, il la poussa et l'emmena devant le placard juste à côté de la porte.
Il ouvrit le placard devant eux et lui montra que c'était ici qu'Aaron rangeait la totalité des produits ménagers. Autant dire qu'il y en avait à ne plus savoir quoi en faire. Impossible de tomber à cours de tel ou tel produit. Maintenant, il fallait que Satsuki se mette au travail, ou Aaron allait finir par faire un malheur.
avatar
Messages : 185
Disponible en RP : Dispo !

Fiche de Pouvoir
Grade: 31
Année et Classe:
Alter: Alter-Ego
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 30 Nov - 20:10
Alors que je tentais de ramasser mes crasses comme je le pouvais, une voix résonna derrière moi. Je tressaillis. Je me retournais lentement pour voir un Aaron peu content en cette matinée. Il m'intima alors un ordre, précisant même que je devais obéir directement. Mais franchement, au son de sa voix, à la vue de son regard, je n'avais pas vraiment envie de m'avancer. Mais vu son humeur qui semblait être plus que massacrante, je n'avais pas non plus envie de désobéir. J'approchais alors de lui à tout petit pas. Une fois près de lui, il m'attrapa par la nuque. Je clignais des yeux. Ses doigts étaient légèrement, la situation plus que désagréable et dérangeante. Puis, il me menaça. Cela faisait longtemps. Une nuit. Mais sur le coup, il avait l'aura meurtrière. Je déglutis, j'avais envie de partir, de quitter son emprise. L'homme ne fut pas de cet avis et m'entraîna, me tenant toujours de la même façon. Je dus me plier en deux pour qu'il me fasse moins mal, pour que sa main sur ma nuque fasse une pression plus confortable. Il me libéra lorsque l'on arriva devant la porte du garage. Je me redressai alors et me frottais la nuque. Il m'amena devant un placard où se trouvait tout le matériel nécessaire pour le nettoyage.

Je poussais un soupire presque soulagé. Lorsque j'aurais nettoyé, il sera sûrement de meilleure humeur. Je farfouillais ensuite l'armoire pour sortir un seau, un peu de nettoie-tout et une serpillière. Tout en faisant cela, après une hésitation, je finis quand même par m'expliquer.


-Je voulais pas tout salir, tu sais... Juste faire à manger...


Je me redressais avec les affaires en mains. J'évitais soigneusement de croiser son regard et je filais dans la cuisine. Je mis le seau dans l'évier pour le remplir d'eau chaude et je versais dedans le produit de nettoyage. Cela moussait et, ayant plongé la main dans l'eau pour voir si c'était chaud, je jouais un instant avec la mousse. Je coupais ensuite l'eau pour reprendre le seau et nettoyer là il fallait. Je commençais par l'oeuf qui avait dégouliné. La serpillière dans l'eau, je la sortais, la tordais, ramassais et la remis dans l'eau. Je répétais l'opération pour la poudre blanche. La farine, une fois humide, ne s'envolait plus partout. Elle finit dans le seau à son tour. Je me relevais et me retournais vers Aaron qui m'avait suivi. Je n'arrivais pas à deviner s'il était un peu plus calme où non...

-Je... voilà...

A mon sens, cela suffisait. Mais était ce le cas pour lui ? J'avais tout ramassé, j'avais jeté ce qui devait finir à la poubelle. Il ne restait plus que ce que j'avais sorti pour essayer de cuisiner.


-Je voulais juste faire à manger... Pour... te rendre la pareille pour hier soir...


Je n'avais pas réussi à me l'avouer un peu plus tôt, mais c'était aussi une des raisons qui m'avait poussé à essayer. Cela n'avait malheureusement pas été concluant. Je baissais la tête, gêné d'avoir dit ça, mal à l'aise par la situation.


-Je suis désolé.


Je l'avais presque murmuré mais pas tout à fait. Je relevais le visage pour le regarder, mais je ne vis que son regard impénétrable.
avatar
Messages : 81

Fiche de Pouvoir
Grade: 21
Année et Classe:
Alter: Transformation en Loup
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 30 Nov - 22:51

Aaron Arkving

Nagao Satsuki


Du shopping avec un gamin, ou l'enfer sur terre




Qu'importe les excuses que le gamin pouvait débiter, Aaron restait de marbre, comme le sol de sa maison. S'il était si mauvais en cuisine, il aurait dû attendre que le maître des lieux se lève et prépare quelque chose. L'homme se pinça l'arête du nez, et soupira, d'un mélange entre désespoir, et énervement.

« Si tu ne sais pas te débrouiller par toi-même en cuisine, plutôt que d'être une catastrophe ambulante, demande. »


Sans bouger de sa position, bras croisés, il observa Satsuki nettoyer. Il était lent, mais au moins il s'en sortait. Il valait mieux réussir quelque chose lentement qu'agir rapidement et tout rater. Remarquant qu'il n'avait rien pour essuyer l'eau persistant sur le sol et l'îlot centrale, Aaron alla cherche un linge propre.
Avant que Satsuki ne pense avoir terminé, il lui lança. Pour pouvoir remarcher dans la zone, il fallait évidemment qu'il l'essuie. C'est donc après son acquisition que le gamin s'exécuta, sous les yeux d'acier du plus âgé. La moindre trace persistante lui serait remise en plein nez, s'il en restait.

Après le nettoyage intégral de la zone auparavant tâchée, Aaron indiqua à Satsuki d'aller ranger les produits et les affaires, tout en posant les serviettes sales dans la panière. Panière qui se trouvait juste à côté du lave-linge et sèche-linge, eux aussi dans le garage.
Pendant ce temps, Arkving passa au peigne fin les lieux. Meuble, sol, l'intégral semblait propre, et heureusement, sinon, il aurait recommencé. Attendant le retour de son locataire, qui semblait véritablement désolé de ses actions, Aaron observa les ingrédients sorties. Lait, œufs... Il n'eut pas besoin de regarder la suite, qu'il pensa au crêpe.

C'est vrai qu'autre chose pour le déjeuner, à moins qu'il aime les flans, n'étaient pas directement venu à l'esprit du propriétaire. Sans demander confirmation au cataclysme sur pieds, il s'occupa de préparer la mixture, avant même qu'il ne soit revenu. La recette n'étant pas difficile, il s'en sortit comme un chef avec l'aide d'un mémo pour l'ordre.
Il n'en faisait bien tout les jours, donc cela lui rafraîchit la mémoire. Farine et œufs étaient déjà dans le saladier, et non remués, tant mieux. Il versa donc petit à petit le lait, comme indiqué, puis termina avec le reste des ingrédients, et un peu de rhume. Car le rhume en cuisine, c'est bon.

Après avoir fini sa préparation, il déposa un torchon par-dessus le saladier et plaça le récipient dans un endroit à l'abri de la lumière extérieur, et au sec. Il fallait laisser la pâte reposer une heure, dans l'idéal. Aaron allait donc devoir occuper ce gamin impatient pendant une heure... Quelle plaie.
Arkving réfléchit, qu'est-ce qu'un gamin comme lui pouvait aimer, à son âge ? Ne sachant pas si son idée éclair allait lui plaire, il l'invita à le rejoindre sur le canapé du salon. De là, il lui montra une étagère se trouvant à côté du meuble où se dressait l'écran.

« Choisis ce que tu veux. »


La demande n'était pas compliquée. Devant Satsuki se dressait des étagères entières de jeux, puis plus bas de DVD. La partie sur laquelle se concentrer était évidemment l'étagère des jeux et la partie des consoles. Il semblait en avoir plusieurs, mais n'en avait encore branché aucune.
Il incita le gamin à s'occuper lui-même des réglages, Aaron n'y jouant que très peu, au moins, ça servirait si Satsuki aimait ça. L'homme alla faire chauffer de l'eau dans le but de se préparer un thé matinal, entre autres sa boisson favorite.
avatar
Messages : 185
Disponible en RP : Dispo !

Fiche de Pouvoir
Grade: 31
Année et Classe:
Alter: Alter-Ego
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 5 Déc - 21:07
J'avais préféré garder le silence pendant que je nettoyais alors qu'il me faisait un sorte de mini sermon. Il me lança par la suite un linge sec et propre avec lequel j'essuyais les zones encore humides. J'en profitais aussi pour frotter mes pieds et effacer les traces de pas blanches qu'il y avait eues. Puis j'allais remettre en place ce que j'avais utilisé, n'osant pas désobéir ou répliquer. Le ton de sa voix un peu plus tôt m'avait clairement fait comprendre qu'il ne rigolait pas du tout avec la propreté. Le temps que je range et mette les linges dans le panier, il avait tout inspecter. En revenant vers lui, je le vis en train de cuisiner. Je continuais à me taire, l'observant faire. Je me sentais inutile mais au moins... son humeur à lui avait un peu changé, non ? Quand il eut fini, il m'invita dans le salon. Il me désigna alors l'étagère que j'avais déjà vue hier mais sans vraiment y faire attention. Me proposant de choisir ce que je voulais, je m'approchais pour regarder les jeux qu'il possédait. Il y avait de tout mais surtout des jeux de tirs. Je fis une petite moue. Je n'aimais pas le tir dans les jeux. J'étais une vraie merde avec ça. Je me retournais vers lui pour lui demander s'il voulait jouer aussi. Il me fit signe que non.Je choisis alors un rpg récent alliant fantastique, châteaux et dragons. Je le pris, le déposais sur la table puis retournai vers l'étagère pour prendre la console adéquate. Je l'installais près de la télévision et m'occupais des branchages. Aaron avait pourtant bien vu ma maladresse. Ne craignait-il pas pour sa télé ? D'un geste je pouvais la faire tomber sans le vouloir ? Je jetais un léger coup d’œil dans sa direction. Il ne semblait pas si inquiet que ça. Il devait avoir retrouver une bonne humeur.

Une fois les branchements faits, j'allumais la console, créais une session à mon nom et mettais le jeu dedans. Je pris la manette et allai m'installer dans le canapé, à côté d'Aaron n'étant ni trop proche mais pas non plus à l'autre bout du canapé.

Le jeu lancé, la cinématique de début terminée, je commençais l'aventure. Ça me faisait bizarre de jouer en étant un peu observer, mais cela passa. Je lisais les didacticiel en diagonal, ayant toujours favoriser l'instinct à la lecture du blabla. De toute façon, il y avait toujours moyen de retrouver les tutoriel dans une partie du menu.

Je jouais depuis à peu près une heure. La faim s'était un peu faite oublier grâce à mon esprit occupé par l'histoire. Je sentis Aaron se lever et aller vers la cuisine. Je tournais la tête vers lui pour voir ce qu'il faisait puis retournais à mon jeu. S'il ne m'appelait pas, c'est qu'il n'avait pas besoin de moi. De toute façon, je doutais qu'il veuille de moi à l'avenir dans la cuisine. Je le laissais s'occuper de la cuisson. C'est seulement lorsqu'il me dit que c'était prêt que j'éteignis la console après avoir enregistré.

Je me levais ensuite pour le rejoindre et me nourrir. Je constatais alors que j'avais vraiment faim. Le jeu m'avait bien fait patienter et avait permit de porter mon attention sur autre chose. Mais là, ça allait faire du bien de se remplir la panse ! J'en profitais aussi pour lui demander ceci :

-Hum... dit, on va faire quoi de la journée ? Ah. Et aussi... Je ne veux pas être embêtant mais... Je n'ai rien à me mettre... donc...

Ah ! Non mais c'était quoi cette espèce de timidité qui surgissait. Je n'osais pas lui dire directement qu'il me fallait des fringues. Pourtant cela coulait de source. Il m’hébergeait chez lui pendant un temps indéterminé. Il me fallait bien me vêtir !
avatar
Messages : 81

Fiche de Pouvoir
Grade: 21
Année et Classe:
Alter: Transformation en Loup
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 6 Déc - 19:21

Aaron Arkving

Nagao Satsuki


Du shopping avec un gamin, ou l'enfer sur terre




Un thé, rien de mieux pour le détendre après ce réveil un poil mouvementé. Pendant que le gamin semblait maintenant affairé à jouer, le plus âgé le regardait de loin. Lui-même n'aurait pas cru pouvoir faire la même chose que son mentor, à savoir ramasser un gamin paumé. Toutefois, peut-être que Satsuki n'était pas destiné à suivre la même voie qu'Aaron avait appris à son âge.
Ce qui l’inquiétait, c'était la possibilité qu'il se retourne contre lui. Au fond, ce qui retenait Satsuki chez Aaron, du point de vue de ce dernier, c'était les menaces qu'il lui avait dite. S'il partait, il le retrouverait pour le tuer. En soit, ces menaces-là n'étaient pas juste là pour faire peur, Aaron en était capable et l'avait déjà fait.

Il s'en souvient encore. Un gamin perdu aussi, qu'il avait ramassé dans la rue, en mauvais état, comparé à Satsuki lors de leur rencontre la veille. Un gamin qu'il pensait voir mourir dans ses bras, mais il avait survécu. Au final, ce gamin, ironie du sort, il avait été exécuté par son "sauveur". De sang-froid, Aaron l'avait tué.
Enfin, ce n'était pas Aaron à ce moment, mais Bunshin, avec son masque et son Alter. Le prix de la trahison était coûteux, en l'occurrence, ce gamin l'avait payé de sa vie. Arkving avait regardé son Ego le réduire en charpie, sans éprouver la moindre sensation de remords.

Il y était préparé depuis le début. À chaque fois qu'il tendait la main, il s'attendait toujours à un retournement de veste et à un lancé de boomerang. Sauf qu'une fois l'arme lancée, il la récupérait, parfois plus ou moins bien et venait la ramener à son propriétaire. Alors qu'il faisait tourner une petite cuillère dans sa tasse, il avala une gorgée, tout en fixant son Ego de loin.
Celui-ci s'était rapproché, puis installé aux pieds du gamin pendant qu'il jouait. Ce n'était pas dans ses habitudes de sortir son alter aussi fréquemment. D'autant plus qu'Aaron se sentait toujours mieux "complet", donc avec son alter. C'était rare, mais le sentir hors de lui remémorait toujours au jeune homme un sentiment de vide douloureux ; qui avait été pour lui, une torture durant sa formation de policier.

Un frisson lui parcourra l'échine sous l'un de ses souvenirs de ce genre d'instants appartenant au passé. Pour lui donner ce genre de réaction c'est qu'ils n'étaient pas anodins. Pour vider ses pensées de ses mémoires-là, il décida de s'occuper de la pâte qu'il avait préparé une petite heure plus tôt. Il ne s'improvisait pas cuisinier, il avait l'habitude de se faire à manger, donc s'en sortait plutôt bien.
Des crêpes en voulait-il en voilà, il finit le saladier entier, faisant au total une bonne trentaine de crêpes. Une fois le déjeuner terminé, il installa le plat de crêpe sur la table et indiqua à Satsuki qu'il pouvait venir déjeuner. Un vrai estomac sur pattes, il avait englouti la première crêpe en un temps record. Il en mangea bien cinq, après les avoir garnies différemment.

Entre deux crêpes, il énonça le fait qu'il allait avoir besoin de vêtements, chose vraie. Aaron allait devoir s'en occuper, car il n'était pas partageur du côté des vêtements. Du moins, il savait capable le gamin de lui détruire sa garde-robe, pas question qu'il mette un pied dedans. Arkving fini sa tasse de thé, qu'il alla déposer dans l'évier après l'avoir préalablement rincée.
Une fois cela fait, il posa une main sur sa nuque juste au-dessus de son tatouage, qu'il pencha de droite à gauche, tout en bougeant ses épaules, dans le but de faire craquer ses os. Ce genre d'action n'était pas au goût de tous, mais ça le détendait et donc il ne s'en privait jamais. Il fit rouler également ses articulations au niveau des épaules et des poignets.

Une fois le haut de son corps libéré d'une possible pression, le maître des lieux revint vers Satsuki, pour répondre à la question qu'il avait posé.

« Aujourd'hui, on va justement aller acheter de quoi t'habiller. Pas question que tu fasses le nudiste dehors. Je n'ai pas envie de venir te chercher chez les flics pour atteinte à la pudeur. »


Aaron lui indiqua donc qu'il allait lui donner des vêtements pour aujourd'hui, au moins pour sortir. Toutefois, il ronchonnait intérieurement de devoir piocher dans sa garde-robe. Il savait qu'il avait des vêtements un peu plus large, qu'il mettait en général pour traîner, mais qui ne faisait pas non plus trop peu habillé.
Le trafiquant indiqua donc au gamin de le suivre, une fois la table débarrassée et la nourriture rangée. À l'étage, les chiens jouaient avec une corde tressée à quatre bouts. Un bout dans la gueule de chaque chien et ils tiraient, une sorte d'épreuve de force vue d'ici.

Arkving le fit entrer dans sa chambre, assez suspicieux, et lui indiqua de ne rien toucher, de peur qu'il casse quelque chose. Sa chambre devait être un peu plus grande que celle de Satsuki, et un peu plus meublé et remplie surtout. Une porte menait vers sa salle de bain privée, tandis qu'une autre menait à son dressing. La deuxième porte faisait aussi office de grand miroir qui pouvait donc coulisser.
Toujours torse nu depuis son réveil, Aaron décida enfin d'enfiler quelque chose. Un classique, une chemise qu'il ne boutonna pas immédiatement. Sachant déjà ce qu'il allait enfiler pour le reste de sa tenue, il se mit à chercher ce qui pourrai convenir au gamin. Il opta donc pour quelque chose de plus décontracté pour lui. En l'occurrence un sweat et un jean, qui de base n'était pas à lui.

« Essaye ça maintenant, voir si ça te va. »


Comme ce n'étaient pas ses vêtements de base, il était forcément plus grand que les siens. Ils étaient évidemment propre. Ah, et oui il lui demandait bien de se changer devant lui, sans la moindre gêne du monde. Ce ne serait pas la première fois, ni la dernière fois qu'il le verrait sans vêtements de toute façon.
avatar
Messages : 185
Disponible en RP : Dispo !

Fiche de Pouvoir
Grade: 31
Année et Classe:
Alter: Alter-Ego
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Dim 24 Déc - 16:02

Aaron prit son temps pour me répondre. C'était presque comme une habitude. Je le laissais rincer sa tasse et craquer ses os. Le son que cela produisait ne me plaisait pas beaucoup, mais ce n'était pas non plus insupportable. Après cela, il me répondit alors que je finissais ma dernière crêpe, bien plus lentement que les premières. Sa réponse m'arracha un sourire. C'était vrai que cela ne serait pas plaisant de finir dans une telle situation.

Je le suivis par le suite et montai à l'étage. Entrant après lui dans sa chambre, je m'arrêtais à l'entrée pour observer un peu. Elle me semblait grande mais bien meublée. Ce qui me surprit surtout était la taille du lit. Ce n'était pas un deux personnes. Il me semblait bien trop spacieux pour cela ! La remarque qu'il me fit me donna envie de soupirer. Je m'avançais alors pour venir vers lui tout en marmonnant une phrase :

-Tu me prends pour un gamin ou quoi... ?

C'était purement rhétorique.

J'entrais dans le dressing, tout en l'observant mettre une chemise. Je le laissais fouiller, préférant le laisser faire. Il m'avait dit de ne rien toucher après tout, alors autant ne rien faire. En plus ils savait mieux que moi ce qu'il y avait dans le dressing.
Je pris appui contre le chambranle de la porte en le regardant faire, croisant les bras sur mon torse. Je m'approchai seulement lorsqu'il trouva ce qui pourrait m'aller. Il me dit alors de l'essayer de suite. Je pris les affaires tout en le regardant. Il ne semblait pas être déranger par le manque de pudeur. Je trouvais cela plutôt rare et je n'arrivais pas à discerner si c'était un bien ou mal pour ce cas-ci... Mieux valait que je cesse me  questionner. Je retirais le pantalon qu'il m'avait passé la veille et enfilais le jean. Je n'avais pas de sous-vêtements et il ne m'en avait pas proposé, de toute façon, je n'avais jamais spécialement aimé en porter. Mais je devais bien avouer que le contact du jean sur ma peau était... peu agréable. J'enfilais ensuite le sweat.
Le pantalon avait une bonne longueur mais il me semblait trop grand au niveau de la taille. Quant au haut, ça passait.

-Ça fera l'affaire le temps de sortir. Mais tu aurais une ceinture ? Il est un rien trop large.

Et je n'avais pas envie de me retrouver les fesses à l'air par accident. Si on pouvait éviter les situations honteuse, cela m'arrangerait.

-C'est vraiment à toi ce que tu m'as filé ? Parce que ça me semble un peu grand, enfin surtout le pantalon.

J'avais parlé spontanément. Je n'avais pas réfléchis avant de m'exprimer, un peu comme d'habitude en fait. Mais peut-être que si on m'avait prévenu avant que ce sujet pouvait être délicat, je ne l'aurais pas pas abordé.
Ce faisant, je sortais du dressing après avoir ramassé le pantalon qui gisait sur le sol. Mais juste avant de sortir réellement de la petite pièce à vêtements, je me retournais vers mon hôte. Un question venait de surgir dans mon esprit et j'avais une envie irrésistible de la poser, de savoir.

- Au fait, tu mattes tous tes invités se déshabiller devant toi ? C'est à sens unique ou bien je peux te matter aussi ?

J'avais juste pour but de l'ennuyer. Ou d'essayer. Comme si le gars qui me couvrait de menace pouvait m'intéresser ! C'était néanmoins avec un sourire aux lèvres que je sortis, sans me retourner, cette fois.
avatar
Messages : 81

Fiche de Pouvoir
Grade: 21
Année et Classe:
Alter: Transformation en Loup
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 26 Déc - 23:23

Aaron Arkving

Nagao Satsuki


Du shopping avec un gamin, ou l'enfer sur terre




Aussitôt demandée, aussitôt attribuée, Aaron lui confia une ceinture classique en cuir foncé. Alors que lui-même complétait sa tenue en jetant des coups d'œil à travers son dressing, la remarque du plus jeune lui fit cesser ses recherches. Il tourna la tête vers le gamin, ne sachant pas vraiment comment prendre sa réaction.
Se moquait-il du fait qu'il soit plus petit que lui ? Ce n'était pas la première fois qu'on lui sortirait ce genre de remarque, il y était habitué ; bien qu'elles lui déplaisent toujours autant. Ou alors, peut-être sous-entendait-il autre chose ? En effet, les vêtements qu'il venait de confier à son cadet n'étaient pas à lui. Mais pourquoi les avaient-ils conservés ? À quoi servaient-ils ?

Ce genre de questions, il n'y pensait pas, et n'y répondrait certainement pas ; même si Satsuki le questionnerait plus profondément à ce sujet. Pas question de se mettre à parler sur son passé, encore moins maintenant. Il n'en avait ni le temps ni l'envie. C'est d'une réponse simple qu'il fit taire le gamin à ce sujet, tout en saisissant un bas et d'autres affaires pour compléter sa tenue du jour.

« Oui, c'est à moi, d'une certaine manière. »


Il ne mentait pas vraiment, en soit. Ils n'étaient pas à lui, de prime abord, mais son ancien propriétaire décédé avait légué tout ce qu'il possédait à Arkving. Sans surprise, il avait conservé un grand nombre d'objets appartenant à son ancien mentor. Mais bon, il appartenait au passé, et Aaron devait cesser de s'y accrocher ; chose plus facile à penser ou dire qu'à faire.
Alors que le propriétaire des lieux sortit du dressing, pour revenir à sa chambre, dans le but de se changer, une réflexion attira à nouveau son attention. Il leva les yeux au ciel, ses orbites roulant sur eux-mêmes tandis qu'il lâchait un soupir.

« Pour ton cas, c'était pour vérifier si les vêtements t'allaient. Et non, je n'ai pas que ça à faire. »


Quant à la seconde question, qu'il pensait à une blague un peu trop osé, il l'attrapa par l'un des bords du pantalon et le tira à l'extérieur de sa chambre. Après l'avoir forcé à sortir, il ferma derrière lui tout en ajoutant qu'il avait intérêt à se dépêcher d'être prêt. C'est seulement une fois le dressing fermé qu'Aaron troqua son bas de jogging pour quelque chose de plus classique.
Pas de tenue chic, ou de bas centré ou même trop serré. Cette fois-ci, un jean lui suffisait. Il sortait acheter des fringues pour un mioche, et pas autre chose. Aaron restait un jeune adulte et n'était pas si vieux jeu qu'il pouvait laisser paraître. Une fois les vêtements d'en bas enfilé, il ne restait plus que le haut.

Il observa un petit instant la chemise qu'il avait enfilée grossièrement, puis la retira. Aussi loin que sa mémoire remontait, il se souvenait l'avoir acheté à ses débuts ; mais à cause de sa croissance musculaire depuis le temps, il lui était difficile de la fermer. Arkving opta donc pour mettre un haut simple en dessous, puis retroussa juste les poignets des manches.
L'idée de les remonter jusqu'aux coudes lui était venue, mais quelque chose l'en empêchait. Notamment ses tatouages. Son tatouage de mamba noir lui recouvrait l'avant-bras droit, tandis que son premier lui s'arrêtait au niveau de son coude gauche dont quelques éclats noirs en dépassaient. À éviter donc, vu que la société vous catégorisait automatiquement comme un malfrat avec cela.

Un final assez simple, faisant presque jeune voir adolescent dans certaines régions. Mais cela suffisait pour ce genre de journée. Il allait avoir besoin d'être à l'aise, lui qui ne supportait pas vraiment le chahut et la foule. Où est-ce qu'il allait emmener le gamin ? Au centre-commercial sûrement, là où tout le monde allait pour s'habiller.
D'autant plus qu'aujourd'hui, il faisait chaud. Ce n'était pas l'été pour rien, et il n'avait même pas besoin de prendre de veste vu les températures extérieures. Il prit tout de même un sac à doc, vu qu'il comptait sortir ses chiens, il lui fallait un minimum de choses. Il y rangea notamment des affaires personnelles comme son portefeuille, mais également les laisses qu'il récupéra sur le pallier du deuxième étage, dans une commode.

Il se rendit également dans le garage pour aller chercher des bouteilles d'eau, deux petites, il achèterait les autres sur place. Une fois son sac près, il alla enfiler à ses quatre canidés leur collier. Chez lui, il ne leur faisait pas porter, pour plus de liberté pensait-il. Les animaux savaient donc ce que signifiait ce geste régulier, cela voulait évidemment dire qu'ils allaient sortir.
Une fois les quatre bestiaux préparés, il les fit boire et manger avant de partir, pour ne pas être embêté par la suite. Au besoin, il achèterait quelque chose ; qu'est-ce qu'il ne ferait pas pour ses précieuses bêtes. Aaron monta à l'étage pour simplement coiffer un minimum ses cheveux, qu'il ne ressemble pas à quelqu'un sortit du lit. Bien que ses yeux et sa mine de poisson mort en diraient le contraire.

Ses préparations achevées, il descendit au rez-de-chaussée, mit le sac sur son dos et siffla pour appeler ses chiens. Arkving ne faisait pas son âge, et vu sa tenue, on aurait pu croire à un étudiant allant en cours avec son sac à dos ; une vision un peu cocasse vu la personne qu'il était. Toussant un coup, le maître animalier haussa le ton pour appeler Satsuki et lui demander de bouger son derrière, afin qu'ils puissent enfin quitter le domicile privé.
avatar
Messages : 185
Disponible en RP : Dispo !

Fiche de Pouvoir
Grade: 31
Année et Classe:
Alter: Alter-Ego
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 28 Déc - 12:51
Qui ne dit mot consent. Hors du dressing, comme il ne m'avait pas totalement répondu à mes questions, je considérais que oui, j'avais le droit de la mater aussi. Mais bon, ce n'était pas quelque qui me plaisait particulièrement. Enfin, si, mais cela dépend de la personne. Je préférais alors sortir de la chambre.

Il m'avait dit de me dépêcher pour être prêt, mais en soi, je ne voyais pas comment je pourrais être plus prêt que ça. J'étais habillé, que voulait-il de plus ?

Je passais sous le nez des chiens qui jouaient toujours et descendis au salon. Là, je m'allongeais dans le canapé, attendant que l'homme finisse de se préparer. J'aurais pu me coiffer, faire mes dents, tenter de soigner mon apparence. Mais l'une et l'autre chose n'était pas possible. Je n'avais ni brosse à cheveux ni à dents. Je ne lui avais même pas demandé de sous-vêtement à prêter, alors pourquoi lui demanderais-je les brosses ?
Dans mon esprits, on ferait vite les courses, prenant le nécessaire puis on rentrerait. Ainsi je pourrais porter mes propres vêtements. Et lui rendre les siens. Cela me mettrait plus à l'aise. De même que je pourrais alors me brosser les dents, ce qui me ferait un certain bien.

Je l'attendais donc, toujours dans le canapé. Je l'entendis descendre et faire plusieurs va et vient dans la maison. Je l'observais faire, me redressant même pour me mettre assis. Vu ce qu'il traficotait, il semblait vouloir emmener les chiens. Pas que j'étais contre mais... il y en avait quatre. Tiens, d'ailleurs il était où son loup ?

Il me sortit de mes pensées solitaires en m'appelant. Je fronçais légèrement les sourcils à la façon dont il m'avait parlé. Genre, il avait l'air de mieux traiter ses chiens que l'être humain qu'il hébergeait. Bon, en même temps, c'est vrai qu'on ne connaissait pas tant que ça.

-Je suis là, je suis là... Mais t'as pas aussi des chaussures ? Après, j'arrêterais de prendre tes affaires...

Je marquais une pause alors que je m'étais approché de lui. Je caressais la tête de l'un des chiens avant de reprendre :

-Tu vas vraiment les prendre tous les quatre ? C'est les magasins qu'on fait, non ? Pas la promenade. Ils vont peut-être pas pouvoir rentrer dans les boutiques, si ? ..... D'ailleurs, il est où ton loup ?

Je n'avais toujours pas trouvé comment je pourrais appelé l'animal. Après tout, il m'avait donné l'autorisation de le nommer si je le voulais, puisque le loup n'avait pas de nom.

Je l'avais aussi observé lui, pendant que j'étais dans le divan, et je devais bien avouer qu'il faisait plus jeune. Je lui aurais presque donné mon âge. Cela me fit sourire.

-Au fait, Aaron, t'as quel âge ? Parce que j'ai l'impression que tu changes pas. Là, t'as même l'air plus jeune qu'hier.

En même temps, hier, je l'avais vu dans un rôle que je n'aurais jamais dû voir. Et là, c'était simplement une sortie. Mais avec une telle apparence, on était loin de se douter qu'il était fortuné et un grand Vilain.
avatar
Messages : 81

Fiche de Pouvoir
Grade: 21
Année et Classe:
Alter: Transformation en Loup
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 28 Déc - 15:10

Aaron Arkving

Nagao Satsuki


Du shopping avec un gamin, ou l'enfer sur terre




Enfin ils allaient pouvoir partir. C'était sans compter sur la curiosité et les questions incessantes du gamin, qui retardaient leur départ. Néanmoins, Aaron ne broncha pas plus qu'il ne le faisait habituellement. Il se contenta de répondre, sans vraiment se montrer nerveux, pressé ou même agressif.

« Exact. Mais c'est toi qui va les faire, pas moi. Tu n'auras qu'à réunir tout ce que tu as besoin et je viendrais régler après. »


Ah, oui, le loup. Il avait totalement oublié ce détail. Il avait répondu aux premières questions, mais n'avait pas imaginé que le gamin y était si attaché, à "son loup". Un clignement des yeux suffit pour faire passer la petite pause entre ses deux réponses comme quelque chose de naturel. Aaron lui indiqua simplement qu'il était parti gambader dans le jardin ou peut-être même autour du domaine et qu'il reviendrait quand il en aurait envie.
Un loup, à la base, c'est un animal sauvage, qu'on ne dresse pas. Arkving l'avait appris à ses dépens, un jour, alors qu'il avait tenté d'en approcher un avec son Alter. Ces animaux-là sont très intelligents, en plus de déceler facilement le vrai du faux avec leur odorat. Ils fuient l'homme comme la peste, d'où la difficulté à les approcher.

S'en suivit une énième question de la part de Satsuki. Cette fois-ci, sur son âge. Était-il sérieux ? Il ne savait pas comment prendre ce genre de remarque, un peu comme les remarques sur sa taille. Aaron savait qu'il ne faisait pas son âge et qu'on lui donnait moins, encore plus dans ce genre d'accoutrement. Mais il n'avait pas honte de celui-ci. À quoi bon ? Cela ne faisait que montrer depuis combien de temps, il était coincé sur cette terre, à devoir traîner des pieds en attendant que quelque chose vienne faire pétiller ne serait-ce qu'un brin de son existence monotone.

« J'ai 25 ans. »


Ce fut sa dernière et unique réponse. Si jamais il avait d'autres questions, Aaron lui expliqua également qu'une fois ses courses emmagasinées, il n'avait qu'à l'appeler et le prévenir. Comment ? Et bien Arkving lui répondit qu'il verrait, mais que pour l'heure, il fallait se rendre sur les lieux. Sans lui donner plus d'indications pour l'instant, il l'emmena jusqu'au garage. Cette fois-ci, pas de voiture luxueuse à s'en arracher les reins, non.
Une voiture simple, tout de même grande, peut-être une familiale, principalement pour pouvoir transporter ses bêtes. Il privilégiait cette voiture noire qui pouvait aisément se fondre dans la masse des autres véhicules basiques. Le conducteur indiqua au gamin de prendre place à l'avant, tandis qu'il faisait monter ses chiens à l'arrière.

Une fois tout ce beau monde installé, il appuyé sur l'un des boutons d'une petite plaquette attaché à un trousseau de clés. La palissade qui fermait le garage s'ouvrait donc pour laisser passer le véhicule. Appuyant sur un second bouton de ce même objet, c'est, cette fois-ci, le portail qui s'ouvrit automatiquement. Le propriétaire sortit de son domaine, prenant soin de rappuyer sur chaque bouton pour fermer les entrées qu'il avait précédemment ouvertes. Une fois les vérifications faites, l'homme au volant quitta les lieux, pour se diriger vers le centre-ville. Sur le chemin, Arkving expliqua à Satsuki qu'avant de commencer son shopping, il allait lui acheter un téléphone. Dans quel but ? Le prévenir quand il finirait ses courses, pour qu'il vienne payer.

Cela faciliterait également l'homme qui l'hébergeait pour savoir où il se trouvait, merci le système de puce et de radar ; mais ça, il ne lui en ferait pas mention. Heureusement, la boutique se trouvait juste à l'entrée du centre. Centre par ailleurs immense, mais pas encore totalement bondé, pour cause de l'horaire encore matinale. Une fois garé, pas trop loin de l'entrée par chance, tous sortirent du véhicule ; y compris les quadrupèdes. Les laisses attachées aux différents colliers, bien qu'en réalité, ils n'en aient pas besoin, ils se rendirent vers l'entrée du centre.
Sans surprise, Aaron laissa évidemment ses chiens à l'entrée de la boutique.
Tous les quatre étaient assis sur leur derrière sagement contre le mur. Le vigile de l'entrée avait semblé suspicieux au premier abord, mais avait bien vite remarqué qu'ils étaient un minimum dressés. Aaron traîna donc Satsuki dans la boutique et l'envoya choisir son portable, tout en lui imposant un budget. Il n'allait pas payer une fortune pour ça. D'autant plus que même pour le sien, il n'avait pas dépensé un bras.

« Bon, ne prends pas trois heures à choisir. Une fois qu'il sera activé, on commencera par le nécessaire, puis on continuera sur les vêtements. »


Par nécessaire, il entendait évidemment tout ce qui pour la toilette. Qu'importe ce qu'il avait besoin en plus des divers brosses nécessaires à l'hygiène, il lui fallait au moins ça. Il le forcerait sûrement à acheter du déodorant et du parfum, à moins qu'il ne veuille se faire asperger de désodorisant à chaque fois qu'il rentre.

avatar
Messages : 185
Disponible en RP : Dispo !

Fiche de Pouvoir
Grade: 31
Année et Classe:
Alter: Alter-Ego
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Musutafu :: Centre Ville :: Rue Commerçante-