Logo My Hero Academia

Nous sommes actuellement en été, au mois de Septembre

Membre du Mois

Coup de coeur

Coup de coeur My Hero Academia

Les dernières rumeurs

- Alors qu'il exécutait son stage, un élève a été retrouvé carbonisé parmi les décombres. Bien que sous le choc, la police a continué à mener une enquête formelle sur les faits entourant l'équipe de leur maître de stage, Blazing Eye. (Event 2)
- Les malfaiteurs ont été arrêtés durant leurs assauts. Il s'agirait des non moins fameux M.Compress et de ce que les journaux ont nommé "le Démon souriant". (Event 2)
-
- Un vilain aurait attaqué un hôpital, mais aurait été maîtrisé par une patiente de ce même hôpital, bravo à elle !
- Il paraitrait qu'un intrus aurait infiltré l'école des héros pour voler un panier-repas. La crédibilité en prend un coup...
- Le dimanche, on déconseille d'entrer dans les parcs! Attention, les chiens mordent sans raison! (Rumeur d'août)
- Des bruits suspect se sont fait entendre au niveau du port. La police a retrouvé de nombreuses traces de sang mais aucun cadavre ... et des poils de loup. L'analyse de ces derniers n'a encore rien donné. La police soupçonne un lien avec une autre tuerie en centre ville.

14 Heros | 36 Elèves | 12 Ligue des vilains | 10 Vilains | 05 Civils

Notre Histoire

Année 2045. 80% de la population a développé des pouvoirs surnaturels, surnommés Alter. Certains les utilisèrent pour semer le chaos, détruire ou réaliser des activités illégales.
D'autres, à l'inverse, utilisèrent leurs nouvelles capacités pour sauver la veuve et l'orphelin, rendant réel le métier autrefois fantasmé de Super-héros, qui devint, au fur et à mesure, une activité reconnue par l'état. C'est ainsi que des écoles se spécialisèrent dans l'éducation de nouveaux justiciers, prêts à affronter ceux bravant la loi : les vilains. La suite

Nouveautés

11/12 Recensement de décembre, sondages sur le contexte et le tournoi inter-forum ! Consulter
27/06 Bienvenue à Sumi, Kiaria et Chikara dans le staff ! Consulter
25/05 Le groupe "élève" est à nouveau ouvert. Consulter
23/03 Les rumeurs ont été mises à jour ! D'autres informations à suivre ! Consulter
22/03 Le deuxième event est officiellement terminé ! Voici la nouvelle intrigue de votre forum ! Consulter
26/02 Installation du nouveau design de My Hero Academia RPG, ainsi que d'autres petites nouveautées !Consulter
03/12 Un nouvel event débutera très prochainement ! Tenez vous au courant ! Consulter

02/12 Recensement de décembre. Consulter

03/10 Mise en place de la chronologie du forum. Consulter

19/11 Mise en place d'une aide au fair-play. Consulter

12/11 Plusieurs mises à jours ont été effectués sur le forum. Consulter

07/11 Fin du premier event & recrutement terminé !

18/09 Le premier event de MHA est lancé ! Consulter

21/08 Annonce sur les nouveautés ! Consulter

21/08 Nouvelle page d'accueil !

Prédéfinis


Fragments du passé [regroupement de RP solo]

 :: Musutafu :: Zone résidentielle Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Dim 20 Mai - 23:41
TSUIHŌ Dokueki"I will spread night and fear across this battlefield"
Partie 1 : Douce nuit


C'est ici que tout commença ... Dans un lieu sombre caché des rayons du soleil et du regard des mortels.
La ruelle étroite accueillie de son étreinte ténébreuse la jeune femme.
Ses cheveux se balançaient au rythme de ses pas, les mains plongées dans les poches de son long manteau. Elle semblait fuir un danger proche vu sa démarche, mais son expression laissait penser le contraire. En effet, Dokueki jouait à son jeu préféré, elle ne pouvait pas s'en empêcher, c'était dans sa nature ... Ses poursuivants la chassaient depuis plus de dix minutes et elle les menait actuellement dans son piège. Ce sentiment de retourner la situation, de renverser les rôles proie-prédateurs, Dokueki s'en délectait au plus profond de son âme.
La Yakuza aurait pu se débarrasser d'eux au premier coin de rue, un simple coup de lame dans la gorge, une rotation rapide sur elle-même projetant la lame de sa queue au niveau d'un cœur et enfin un couteau lancé en pleine tête ... Trois corps qui se seraient effondrés dans la seconde comme face à Cerbère, mais AUCUN plaisir n'aurait été ressenti.

Dokueki n'était pas folle, jamais elle ne commettait un meurtre sur un coup de tête ni même seulement pour s'amuser.
Mais ces hommes étaient creux, vides d'humanité et obnubilés par le crime. Dès lors, il ne s'agissait plus d'assassiner, mais de purger cette ville, ce monde, de leur présence. Si ces derniers étaient vide d'émotion et de morale alors elle serait un abîme où la pitié viendrait se noyer.
C'est pour cela qu'elle les traînait lentement vers un coin tranquille que leurs âmes quitteraient ,dépouillées de leur corps. Elle sécréta durant la course-poursuite des venins qui lui seront nécessaires pour pimenter le combat.

Arrivée au milieu de la ruelle, Serket calcula rapidement le temps qu'il lui restait avant que ses trois poursuivants la rejoignent ...
Vingt secondes minimums... Largement assez.

Elle se débarrassa rapidement son manteau et le jeta derrière un carton, détachant ses fourreaux en sifflotant, elle envisagea plusieurs stratégies et situations possibles. La Yakuza était armée de la tête au bout de la queue, mais l'expérience lui avait appris que la lame la plus mortelle dont elle disposait était l'effet de surprise, le peu de lumière qui se diffusait dans la ruelle vint éclairer son sourire.

Douze secondes

Dokueki leva les yeux, la ruelle était très étroite ... Trop simple, dans cet environnement, escalader les murs était vraiment enfantin pour elle.
Se propulsant d'un bond elle commença à grimper sur le mur de pierre, utilisant ses lames pour s'accrocher aux interstices entre les briques et de sa queue pour faire levier en dessous d’elle. La jeune femme atteignit rapidement six mètres de hauteur, c'était assez pour engager l'affrontement comme elle l'avait prévu.

Cinq secondes

Elle ferma les yeux, calma sa respiration ... Désormais, il fallait effacer sa présence, la partie la plus aisée pour elle. Son cœur battit de plus en plus lentement, les ombres semblèrent glisser progressivement sur elle et son corps se fondit peu à peu dans le mur.

Deux secondes

Son venin était prêt, déplaçant à peine l'air son souffle ne faisait aucun bruit, ses sens étaient aiguisées comme chacune de ses lames.

Une seconde

Des bruits de pas se firent entendre. Dokueki cessa de bouger, la ruelle devint inanimée.

Zéro seconde

À cet exact moment, il y avait quatre personnes vivantes dans cette ruelle, n'importe qui aurait juré qu'il y en avait seulement trois. Mais un jeune homme, tirant sur sa cigarette à la fenêtre de son appartement, avait vu quatre individus y pénétrer.
Cinq minutes après il ne vit que la jeune femme en ressortir seule. Il écrasa son mégot dans le cendrier.

Étrange ruelle, étrange nuit.




avatar
Messages : 72
Disponible en RP : [2/2] , so nope (/!\ Disponible qu'en weekend normalement)
Double-compte : Nope

Fiche de Pouvoir
Grade: 23
Année et Classe: Yakuza
Alter: Fléau du Désert
Voir le profil de l'utilisateur

_____________






Don't Fear the Night , Embrace It

Fight's Music:
 

Revenir en haut Aller en bas
Mar 22 Mai - 20:53
TSUIHŌ Dokueki"I will spread night and fear across this battlefield"
Partie 2 : Mon corps est une arme


« Aie ! »

Pour la millième fois, cette semaine, Dokueki venait de se blesser avec ses propres lames. Cela arrivait tout le temps pendant leur entraînement, en tentant de parer les coups de son oncle, ses lames finissaient inévitablement par s'entrechoquer et lui entailler les bras ou les joues. Rien que la semaine dernière, elle avait failli se crever un œil. Déjà qu'elle avait une mauvaise vue, cet accident aurait signé un acharnement du destin.

« Doku ! Comment peux-tu encore te blesser avec tes propres lames ?»
s'exclama son oncle avec un air légèrement exaspéré

« Elles me gênent, je n’arrive pas à bouger correctement. C’est pas de ma faute ! » sanglota la petite fille

Son oncle soupira, voilà quatre mois que les lames de sa nièce étaient apparues. Ces excroissances osseuses avaient poussé en moins de deux semaines, rendant le quotidien de la petite fille insupportable.

« On ne peut pas les enlever ? » Supplia Dokueki, les larmes aux yeux

« On en a déjà parlé, en plus de la douleur, tu sais très bien qu'elles finiront par repousser inlassablement. Tu n'en profiteras que quelques jours. »

« Je ne peux plus les supporter, je n'en peux plus »

« Écoute Doku, ces lames sont des parties de toi désormais. Il va falloir t'y faire, au même titre que ta queue.»

« MAIS JE NE VEUX PAS DE CETTE PARTIE DE MOI »
Cria la jeune fille qui, après avoir lâché cette bombe, partit en courant du dojo.

Elle poursuivit sa course jusqu'au restaurant de l’organisation, ignorant les gens qu'elle bousculait sur son passage et évitant les remarques qu'on lui adressait. Pour elle, elle nageait en plein cauchemar depuis ces quatre derniers mois, ces os qui sortaient de son corps étaient une malédiction. La jeune fille les haïssait au plus profond d’elle, pourquoi devait-on la transformer petit à petit en monstre, sa queue ne suffisait donc pas ?
Elle avait tout essayé : les arracher, les tailler, les casser, les brûler, mais rien ne marchait. Elles repoussaient inévitablement, elle ne pouvait se dérober à ce fardeau physique, comme un châtiment divin. En crachant son venin sur tout son être, elle pénétra dans la seconde section du bâtiment.

« Maman ! » s'exclama Dokueki

Son cri résonna dans la salle, à l'autre bout se trouvait sa mère qui semblait discuter avec une autre femme. L'intervention de Dokueki les stoppa net dans leur discussion, lorsque sa mère se retourna, la petite fille sentit sa journée s'ensoleiller. Sa mère afficha un sourire radieux et sa seule expression fit entièrement oublier chacun des problèmes de la fille scorpion.
Dokueki commença à courir à bras ouvert vers sa mère avant de s'arrêter brusquement ...avec ses lames, chaque câlin pouvait devenir mortel. Même de ces simples plaisirs, sa nature l'en privait. Elle n'avait plus le droit de ressentir, ni d'être aimé. Cet isolement, cette maladresse, son mal-être pouvaient se lire sur son visage : un mélange de dégoût, de tristesse et de haine. Des choses qui n'avaient rien à faire sur le visage d'une petite fille de son âge et ça, sa mère le savait.
Ce qu'elle fit estomaqua la fillette, ne faisant pas attention aux lames de sa fille, elle s'élança vers elle et l'étreignit avec affections dans les bras.

La petite sentit son cœur se réchauffer, la chaleur de l'amour se déversa depuis sa poitrine jusqu'aux extrémités de son corps. Dans une situation comme celle-là, un simple câlin équivalait à des centaines d'étoiles qui venaient peupler son cœur. La césure entre elle et les autres se refermait peu à peu grâce à sa mère.

« Tu ne devais pas t'entraîner avec Murasaki ? »


« Je n’y arrive pas ! Je ne peux pas bouger normalement... J'aimerais ne jamais avoir eu ces lames » fit Doku en tirant une moue boudeuse.

Sa mère ne répondit pas, elle savait qu'avec sa fille les paroles avaient peu de sens. Seuls les actes comptaient.
De plus, essayer de prouver à sa fille que ses lames étaient une bénédiction dont elle devait être fière aurait été vain... En effet, comment pouvait-elle la comprendre entièrement ? Son alter à elle ne lui imposait rien d'aussi contraignant que celui de sa fille, lui faire la morale serait hypocrite. Après quelques secondes de réflexion, un nouveau sourire resplendissant apparut sur le visage de sa mère.

« Je sais ce qui pourrait te remonter le moral Doku, ça te dit d'aller te promener au parc ? Et juste après on ira se prendre une glace si tu veux. »

La bonne humeur de sa mère était tellement contagieuse que la simple perspective d'aller se promener avec elle éloignait tous les nuages dans le ciel de la petite fille.
Son éclat de rire vint consteller son humeur de bonheur. Il résonna longtemps dans le bâtiment et bien plus dans le cœur de Dokueki.

Ce n'est qu'arrivé au parc que les problèmes resurgirent, à la fin de leur balade, sa mère rencontra une de ses amies avec laquelle elle engagea la conversation. Elle encouragea d'abord Dokueki à jouer avec les autres enfants qui courraient sur l'herbe. Le seul problème avec sa mère, c'est que sa positivité était un filtre qui l'empêchait de voir certaines choses. Sa fille avait beau lui répéter sans cesse que les autres enfants la traitaient comme un monstre, elle n'y croyait pas. Convaincue que les railleries que Dokueki subissait de la part des autres mômes n'était que des chamailleries d’enfant, jamais elle ne s'inquiétait de la laisser avec les autres. Pourtant, dès son arrivée sur leur terrain de jeu, les regards des enfants changèrent drastiquement. Ces petits êtres à l'apparence innocente étaient déjà à leur âge, ce qu'on pouvait communément appeler, des abrutis.
Qui aurait cru que des enfants de moins de 10 ans soient capables des pires bassesses de la société d'adultes : violence, discrimination, persécution et insultes.
En effet, les injures fusèrent sur Dokueki comme la pluie sur une vitre lors d'une tempête.

« Oh, le monstre est arrivé. »

« Maintenant elle a des lames en plus, manque plus que les cornes et elle dansera avec les shinigamis »

« Ne la regardez pas, son regard peut vous pétrifier. »


« Arrêtez » dit Dokueki d’une petite voix qui se termina dans un murmure à peine audible.

« Oh, le monstre sait parler. »

« Eh, vous savez mon père m'a dit que les scorpions se brûlaient avec de l'alcool, on peut essayer avec de l'eau pour voir. »

« Bonne idée »


« S'il vous plaît, je suis comme vous, arrêtez d'être méchant » sanglota Dokueki tout en reculant.

« Attrapez-la » cria une petite brute qui sembla être le leader.

Les enfants n'attendaient que ça en réalité, armée de bâtons et de seaux d'eau, ils coururent à la poursuite de la jeune fille.
Mais la fille scorpion n'avait pas hésité une seule seconde, les mômes n'avaient pas commencé à bouger qu'elle avait déjà démarré sa course. Ce jeu était devenu rituel pour elle, Dokueki savait que le seul moyen d’échapper à leurs coups était de grimper en hauteur le temps qu’ils se lassent de la poursuivre. Et évidemment, elle ne pouvait pas se défendre, les frapper reviendrait à leur donner raison sur sa nature. Ceci laissait comme seule option la fuite, or la fille scorpion était très douée pour cela. Tous les entraînements de parcours, escalade, acrobatie et gymnastique que lui procurait son oncle prenait sens ici. Chaque arbre, rocher, banc lui offrait un moyen d’éviter ces démons. Sauf qu’aujourd’hui, les choses avaient changé : des garçons étaient déjà postés devant les arbres et ils avaient commencé à former un vague cercle qui se resserrait en courant vers elle.
Prise de panique elle s'élança dans la seule direction possible pour la fuite : la sortie Est du parc qui menait vers la boulangerie et de nombreuses ruelles. Ne s’arrêtant pas une seule seconde pour reprendre son souffle, la jeune fille escalada le grillage du parc et se dirigea affolée vers les ruelles étroites voisinant la boulangerie.
Manque de chance, c’était un cul-de-sac dans lequel elle s’était engagée. Et sortir de la ruelle signifierait montrer sa position et donc signer son arrêt de mort. Désespérée, Dokueki tenta de grimper aux murs comme son oncle lui avait appris, mais il y avait si peu de prises, en plus elle était essoufflée.


La panique faisait battre son cœur à toute vitesse, le sang cognait contre ses tempes et le cri des enfants de plus en plus proches n’arrangeaient rien. Personne ne viendrait à son secours dans un coin aussi isolé.
Les murs étaient trop lisses, si seulement elle avait eu des prises, ou même des ongles pointus, pourquoi la nature lui donnait-elle ces fichues lames, mais pas des ……

Une idée vint lui traverser l’esprit, la fille scorpion retira les protections autour de ses lames et d’un geste hésitant elle tendit le bras vers le mur. Calant la pointe de la lame de son bras droit dans l’interstice entre deux briques, elle prit appuie sur le mur pour s'élever, utilisant sa queue sous elle comme levier pour maintenir son équilibre.
Un, deux, trois mètres, c’était si simple et si pratique ! De simples fissures lui servaient de prises solides et sinon elle pouvait simplement planter ses lames dans le mur lui-même pour créer de petits trous utilisables comme appui. Dokueki laissa échapper un rire cristallin qui résonna dans la ruelle, ses lames venaient de lui sauver la vie. Ce n’est que maintenant qu’elle comprenait leur importance, ces dernières étaient des atouts que l’évolution lui avait donnés pour échapper à ses prédateurs, des excroissances nécessaires à sa survie.

« Elle est là ! »

« Descends de là l’animal !»


« C’est étrange, mais d’ici, c’est vous qui me semblez inférieur » leur cracha Dokueki

Un silence s’abattit sur le groupe partagé entre la colère et l’abasourdissement.

« Tu finiras bien par descendre Scorpion et là, tu vas pleurer ta maman. »


« Oh, vous croyez, personne ne vous entendra crier dans cette ruelle alors qu’est ce qui m’empêche de descendre ? » s’exclama la fille

Sa réponse parcourut la foule qui s’étendait en dessous d’elle d’une vague de frisson, il ne fallut que quelques secondes pour qu’ils partent tous en courant dans les jupes de leur mère.

Lorsque Dokueki rejoignit sa mère, elle affichait sur son visage un doux sourire. Sa mère, insouciante bien sûr, l’accueilli avec le même enthousiasme, pensant qu’au final sa fille avait fini par s’intégrer au sein du groupe d’enfant.

« Tu t’es fait de nouveaux amis ? »

« On peut dire ça comme ça. »

« Tant que tu te sois amusé, c’est le principal. La glace vanille noisette te tente toujours ? »

« Oh, je pensais plutôt rentrer, je n’ai pas été très poli avec tonton et je voudrais m'excuser pour continuer l’entraînement. »


Pour une surprise, c’était une surprise. Il y avait moins de vingt minutes, supporter ses lames au bout de ses bras semblaient être un fardeau qu’elle portait à contre cœur, mais désormais chacune de ses excroissances osseuses semblaient poursuivre la forme de son corps avec élégance comme des ailes sur le dos d’un aigle.

Trente minutes plus tard, la porte du dojo de l’organisation s’ouvrit. Sur le seuil, se tenait Dokueki, elle observa son oncle qui méditait au centre du tatami.

"Je suis prête."







avatar
Messages : 72
Disponible en RP : [2/2] , so nope (/!\ Disponible qu'en weekend normalement)
Double-compte : Nope

Fiche de Pouvoir
Grade: 23
Année et Classe: Yakuza
Alter: Fléau du Désert
Voir le profil de l'utilisateur

_____________






Don't Fear the Night , Embrace It

Fight's Music:
 

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Musutafu :: Zone résidentielle-