Logo My Hero Academia

Nous sommes actuellement en été, au mois de Septembre

Membre du Mois

Coup de coeur

Coup de coeur My Hero Academia

Les dernières rumeurs

- Alors qu'il exécutait son stage, un élève a été retrouvé carbonisé parmi les décombres. Bien que sous le choc, la police a continué à mener une enquête formelle sur les faits entourant l'équipe de leur maître de stage, Blazing Eye. (Event 2)
- Les malfaiteurs ont été arrêtés durant leurs assauts. Il s'agirait des non moins fameux M.Compress et de ce que les journaux ont nommé "le Démon souriant". (Event 2)
-
- Un club de football américain est en train de se former! On dit que des paris ont été formés sur différents joueurs! En bien comme en mal...
- On aurait vu deux silhouettes rôder près de U.A...L'une d'elle était monstrueuse! Un couvre-feu est imposé pourtant... (Août).
- Le dimanche, on déconseille d'entrer dans les parcs! Attention, les chiens mordent sans raison! (Rumeur d'août)
-Des étudiants auraient été aperçus près d'une boutique de figurines par un étudiant de U.A. On dit qu'ils sont en deuxième année et qu'ils se cacheraient depuis...sont-ils en couple? Qui sont les geeks?!

14 Heros | 36 Elèves | 12 Ligue des vilains | 10 Vilains | 05 Civils

Notre Histoire

Année 2045. 80% de la population a développé des pouvoirs surnaturels, surnommés Alter. Certains les utilisèrent pour semer le chaos, détruire ou réaliser des activités illégales.
D'autres, à l'inverse, utilisèrent leurs nouvelles capacités pour sauver la veuve et l'orphelin, rendant réel le métier autrefois fantasmé de Super-héros, qui devint, au fur et à mesure, une activité reconnue par l'état. C'est ainsi que des écoles se spécialisèrent dans l'éducation de nouveaux justiciers, prêts à affronter ceux bravant la loi : les vilains. La suite

Nouveautés

27/06 Bienvenue à Sumi, Kiaria et Chikara dans le staff ! Consulter
25/05 Le groupe "élève" est à nouveau ouvert. Consulter
23/03 Les rumeurs ont été mises à jour ! D'autres informations à suivre ! Consulter
22/03 Le deuxième event est officiellement terminé ! Voici la nouvelle intrigue de votre forum ! Consulter
26/02 Installation du nouveau design de My Hero Academia RPG, ainsi que d'autres petites nouveautées !Consulter
03/12 Un nouvel event débutera très prochainement ! Tenez vous au courant ! Consulter

02/12 Recensement de décembre. Consulter

03/10 Mise en place de la chronologie du forum. Consulter

19/11 Mise en place d'une aide au fair-play. Consulter

12/11 Plusieurs mises à jours ont été effectués sur le forum. Consulter

07/11 Fin du premier event & recrutement terminé !

18/09 Le premier event de MHA est lancé ! Consulter

21/08 Annonce sur les nouveautés ! Consulter

21/08 Nouvelle page d'accueil !

Prédéfinis


Interrogatoire tout en douceur...

 :: Musutafu :: Autres endroits :: Périphérie Nord :: Commissariat de police Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Lun 16 Juil - 13:34
La femme laissa sa tête tomber en arrière avec un soupire, sentant contre sa nuque le froid du dossier de sa chaise. Ou plutôt du siège où on l'avait obligé à poser ses fesses en attendant l'arrivée d'elle ne savait quel éminent personnage au sein du commissariat. Les policiers la surveillant du coin de l’œil semblaient nerveux, gardant la main à la ceinture, prêts à tirer. Peut-être parce que les plus jeunes d'entre eux n'avaient jamais procédé à l'arrestation d'un vilain. Peut-être parce que les plus vieux savaient ce qu'ils encourraient.

Un grand sourire étira ses lèvres maquillées. Elle porta la main à son poignet, remontant la manche de son blouson de cuire, jetant un regard à une montre métallique aux airs militaires. Dans à peine deux minutes, elle pourrait redevenir Jaiden. Et elle pourrait répondre à tous les regards demandant pourquoi une fille « si bien gaulée » s'habillait comme un homme.
Mais l'envie d'une petite vengeance, si insignifiante soit-elle le démangeait. Assez pour qu'il décide de garder ce corps, pour le bonheur de reprendre son apparence en plein milieu de l'interrogatoire. Une petite punition pour les flics qui auraient dû se mêler de leurs affaires, ou mieux connaître les habitudes de chaque héros.
Jaiden avait pour coutume de frapper ses co-équipiers. Pas assez fort pour laisser de réelles traces. Pas à des fins sadiques ou exutoires, mais juste parce qu'Ai avait briffé tous ses collègues sur le risque de cancer planant au-dessus de sa tête. Et dont découlait un sur-protectionnisme qui le menottait en mission. La pire de tous était Manami. Et aujourd'hui elle semblait décidée à lui faire payer.
Dès qu'il avait expédié le dos de son point contre sa joue, l'héroïne avait hurlé aux renforts, ameutant trois policiers qui avaient immobilisé en une seconde le corps trop frêle qu'avait copié Jaiden. Quand on lui avait demandé s'il s'agissait d'un vilain, elle avait répondu d'un hochement de tête, une main plaquée sur les lèvres plus pour dissimuler un rire que pour exprimer la peur.
Et en quelques secondes ç’avait était le branle-bas de combat. La quasi-totalité de la population se promené avec ses papiers - pour ceux qui en avaient. Mais pas Jaiden. Il n'avait pas pu reprendre son apparence ni prouver son identité, et Manami l'avait laissé partir vers le commissariat avec une couverture sur les épaules et un sourire féroce.

« -Ha ! Lieutenant ! »

Jaiden releva les yeux d'une mèche blonde qu'il tordait dans tous les sens, tendant le coup pour apercevoir celui qu'une bonne partie du commissariat semblait attendre pour prendre une décision.
avatar
Messages : 38

Fiche de Pouvoir
Grade: 26
Année et Classe: Aucune
Alter: Humano-morphe
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Ven 27 Juil - 23:25
La tête contre le bois trop dur de son bureau, Kisohi geignait. Son bras droit plâtré et posé à ses côtés. Quelques mots et graffitis y étaient inscrits, mais pas autant que le lieutenant l’aurait désiré. Le profond désintérêt de son équipe pour son plâtre lui miner le moral. Poussant un profond soupir, il commença à frotter lentement sa tête contre la surface de son bureau en geignant avant que son crâne ne bascule sur le côté et que sa joue s’écrase contre le bureau.

-Je m’ennuie tellement que je pourrais travailler.

Entre deux soupirs, le lieutenant était parvenu à formuler cette phrase. Son collègue et ami à ses côtés, Sanada, soupira.

-Mais tu as du travail.

Les yeux de Kioshi bifurquèrent sur la pile de dossiers qui prenait la poussière sur son bureau. Un énième soupir passa la barrière de ces lèvres.

-C’est pas du travail, mais de la torture !

Sanada leva les yeux au ciel, désespéré par l’attitude de son soi-disant « supérieur ». Kioshi se contenta de fermer les yeux et de geindre, encore. Un instant silencieux passa avant que Sanada ne s’étire et lance un regard à Kioshi, qui était étrangement dénué d’animosité, chose plutôt rare.

-Je vais m’occuper de tes dossiers, mais en échange, tu t’occupes de la garde à vue d’aujourd’hui.

Takeda releva la tête, des étoiles dans les yeux, il murmura un silencieux, « c’est vrai ? » plein d’espoir et Akihiro acquiesça, non sans soupirer de désespoir. Tout content, Kioshi s’éjecta de sa chaise et gambada joyeusement vers la sortie de l’open space, en chantonnant tranquillement. Il descendit les longs escaliers du commissariat dans le même état d’esprit. Les collègues qu’il croisa ne firent pas vraiment attention à son étrange attitude, avec le temps, ils s’étaient habitués à la nature désinvolte du lieutenant.

Arrivant dans le hall du commissariat, il fut interpellé par un agent. Sourire aux lèvres, Kioshi écouta ce qu’avait à lui dire son subordonné. Il lui expliqua qu’une femme, présumé super-vilaine avait été arrêtée et amenée au poste, il la désigna rapidement du doigt. Kioshi croisa le regard de cette femme blonde qui jouait avec une mèche, sa présence détonnait clairement avec l’ambiance du commissariat. Le sourire du policier s’agrandit et, sans attendre que son subordonné ne finisse de parler, le lieutenant s’approcha de la jeune femme. Adoptant une démarche plus lente, presque provocante. Arrivé à proximité, Kioshi se pencha respectueusement vers la jeune femme avant de relever la tête, un sourire narquois sur le visage.

-Enchanté mademoiselle, inspecteur Kioshi Takeda ! C’est moi qui vais me charger de vous tirer les vers du nez ! Agent Shimura, vous nous accompagnez ?

L’homme qui avait expliqué la situation à Kioshi acquiesça. Testuo Shimura était un homme de vingt-trois ans qui semblait en avoir le double. Son visage taciturne et sévère y était pour beaucoup dans cette impression. Droit comme un piquet, Shimura conservait une apparence des plus impeccable et strict. Soignée aux millimètres près.

Il aida la blonde à se lever et la poussa à emboîter le pas à Kioshi. Quelques instants plus tard, le lieutenant ouvrit la porte d’un bureau inutilisé. Les étagères étaient vides, le bureau était très bien entretenu et le peu de fourniture, dessus, était parfaitement ordonné. Il avait dans la pièce un ordinateur. L’écran était sur le bureau tandis que la tour, au pied du meuble.

Kioshi contourna tranquillement le bureau pour aller s’y asseoir. D’un ample signe de main, il montra la chaise et planta son regard taquin dans celui de la jeune femme.

-Vous pouvez vous asseoir ici ! Agent Shimura, laissez-nous, s’il vous plait.

Testuo acquiesça, poussa du bout des doigts la jeune femme vers le bureau et ferma la porte. Kioshi de son côté, entreprit de fouiller le bureau, il parvint difficilement à trouver un stylo et une feuille. Mais, une fois ces objets trouvés, le policier se tourna vers la suspecte.

-Et si vous me parliez de votre arrestation ?
avatar
Messages : 35
Disponible en RP : Toujours vivant, toujours debout
Double-compte : Sumi Sonohara

Fiche de Pouvoir
Grade: 24
Année et Classe:
Alter: No Longer Man
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Sam 28 Juil - 13:10
Jaiden eu quelques secondes pour anticiper la suite des opérations, et tenter de se faire une idée de l'interrogatoire qui allait suivre. Et ce qu'il entrapercevait l'amusé autant qu'il lui faisait perdre toute chance de sortir rapidement du commissariat. Kioshi Takeda lui ressemblait. Un peu. Il l'avait compris dès qu'il avait croisé son regard et vu s'agrandir son sourire. Le policier était un joueur – comme lui – et il aimait les paris risqués - comme lui.
L'Allemand lui répondit par un hochement de tête, commençant à se lever avant qu'une main n'enserre son épaule et ne le tire en avant. La blonde lança un regard pas-dessus son épaule, fusillant du regard l'homme, à travers les mèches platine de sa frange. Un claquement de langue refroidit tout de suite les choses entre elle et l'agent. Il ne la toucha plus du chemin, gardant quelques centimètres de distances. Assez pour que son boulot soit fait sans établir le moindre contacte physique avec une tigresse qui n'aurait pas hésiter à se jeter sur lui. Homme ou femme, Jaiden restait le même, toujours avec son caractère douteux et son goût pour l'adrénaline et les emmerdes.

Il prit sur lui et se laissa emmené en traînant des pieds par les deux hommes jusqu'à un bureau désert et vide. Relativement vide. Et le vide le stressait. Peut-être parce que l'absence de quelque chose le ramené à sa propre absence de sentiments. Et à son manque, les brèches dans son esprit qu'il colmaté avec le tabac, l'alcool, la drogue, le sexe, l'adrénaline, le travail.
L'Allemand tourna la tête vers Kioshi, captant de justesse son geste de la main et ses derniers mots. Il sentit à nouveau l'agent dans son dos le touché, le poussant dans la pièce du bout des doigts.
En un mouvement de cheville, il était retourné vers l'homme, braquant sur lui un regard glacial, d'un bleu capri. Sa lèvre supérieure s'était ourlée de colère, un pli apparaissait au coin de son nez, ses épaules s'étaient haussés pour faire front, lui donnant des airs de chat feulant, prêt à jaillir.

« - Ne. Me. Touche. Pas. »


Siffla-t-il, fixant l'agent jusqu'à ce qu'il referme la porte. Le héros mis quelques seconde à sortir de sa colère simulée, avant de se tourner vers l'inspecteur, un – trop - grand sourire sur les lèvres.

« - Mais bien sûr ! Pas de problème ! »


Il s'approcha de la chaise que le policier lui avait désigner une minute plutôt, posa une main sur le dossier pour s'asseoir avec toute la « féminité » dont il était capable : lentement, croisant les jambes et jouant des hanches. Le tout avec la désinvolture et le naturel de celle qui ne remarque pas l'effet qu'elle a. Ses vêtements masculins ne l'aidaient pas, un peu trop grand et large pour sa carrure éphémère, mais la suggestion était pire que tout.
Jaiden se pencha en avant, appuyant ses coudes sur le bureau, un sourire provocateur sur les lèvres.
Il voulait jouer ? Ils allaient jouer.

« - Pauvre petite jeune fille, j'étais gentiment en train de traîner avec ma pote quand vos cow-boys ont déduits, en petits génies, que si elle était une héroïne, moi, j'étais forcément une vilaine. »

Il pencha la tête sur le côté, plissant légèrement les yeux dans une expression moqueuse et agressive. Finalement, il y avait peut-être une différence entre Jaiden-homme et Jaiden-femme : il était bien plus redoutable lorsqu'il revêtait le sexe opposé.

« - N'ayant pas les conditions physiques requises pour en étaler un, je me suis laissé emmener sans trop résister... »

L'Allemand enchaînait mensonge sur mensonge, il était sûr qu'il finirait par se paumer dans tout son blablah qui commençait déjà à devenir brouillon et incohérent. Mais il lui suffirait de trois minutes pour arranger ses problèmes. Et il pouvait jouer encore facilement pendant deux heures avec cette apparence.

"- Le reste, c'est à vous de me l'apprendre, chère inspecteur."
avatar
Messages : 38

Fiche de Pouvoir
Grade: 26
Année et Classe: Aucune
Alter: Humano-morphe
Voir le profil de l'utilisateur

_____________


"Troublemaker" en musique:
 

Psst! Par ici ma gourde attitrée! :
 
Revenir en haut Aller en bas
Sam 15 Sep - 20:51
Kioshi gribouillai sur sa feuille en écoutant le récit de la demoiselle. Il avait rapidement abandonné l’idée de lister avec précision les faits énoncés par la jeune femme, à la place, il dessina grossièrement un gorille et une jeune femme, illustrant la scène. Un dessin, ne vaut-il pas mille mots, après tout ? Son dessin était aussi beau et travaillé que pouvait le permettre des doigts entravés par un plâtre. Même lui avait du mal à distinguer ce qu’il avait dessiné, c’était dire. Parfois, l’envie lui prenait d’affronter le regard sulfureux de la jeune femme, avant de se reconcentrer sur son rapport dessiné.

Lorsque la suspecte termina son récit et invita le lieutenant à parler, Kioshi se redressa. Collant son dos contre le dossier de sa chaise, il regarda pensivement son -immonde- œuvre. Pour finalement, relever la tête vers cette jeune femme qui ne manquait pas d’air.

Le sourire naissant et dubitatif face à la qualité de son dessin se transforma soudainement. Ses lèvres s’étirèrent, celle du haut se rehaussa légèrement pour laisser apparaître ses dents. Son expression était maintenant plus amusée. Il était évident que la jeune femme lui mentait, mais comme Kioshi n’avait pas envie de travailler, la tentation de croire ces bobards était forte. D’un autre côté, ce serait la septième fois qu’il bâclerait son travail. De la semaine. Ce n’était pas bon pour son karma de ne pas faire son travail correctement rien qu’une fois.

Après mûre réflexion, il décida de percer à jour la jeune femme. Levant les yeux vers le plafond et mâchonnant pensivement son crayon, l’agent de police parla.

-Vous ne faisiez vraiment que traîner ? Mes hommes seraient plus du genre à prendre l’héroïne en photo pour la discréditer de se balader avec une amie. Mais pas d’arrêter cette dernière.

Kioshi se pencha, posant ses coudes sur la table et, regarda à gauche, à droite, encore à gauche, de nouveau à droite pour finalement chuchoter quelques mots à l’attention de la soi-disant criminelle. Comme une messe basse.

-C’est moi qui leur donne des tuyaux du genre pour mettre des bâtons dans les roues des héros.

Il fit un petit clin d’œil à son interlocutrice et se redressa pour mieux s’affaler dans son siège et pousser un soupir sonore. Il n’irait pas très loin sans avoir le dossier de l’affaire, mais il ne se voyait pas laissait seule la potentiel suspecte. Et de toute façon, il avait encore quelques mensonges à démanteler.

-Donc. Vous êtes sûre que vous n’avez pas résisté ? D’un côté si vous l’aviez vraiment fait et étiez dangereuse, on vous aurait mis en cellule. Donc j’imagine que vous avez coopéré.

Kioshi poussa un profond soupir, que c’était ennuyant le travail. Son sourire se transforma en moue dépitée. Il releva les yeux vers la suspecte, avec un regard de chien battu.

-Même pas un petit coup de genou dans les bijoux de famille ? Un talon planté dans le pied ?... Vous ne portez pas de talon. À moins qu’on vous les ait confisqués. Mais dans ce cas vous seriez pied nu. Mes hommes sont rustres.

Le flot de paroles du lieutenant semblait ne jamais vouloir s’arrêter. Il ne regardait pas souvent la demoiselle en face de lui, il ne lui lançait que quelques regards pour voir s’il avait toujours son attention. C’était une bonne manière d’agacer les gens. Et Kioshi adorait agacer les gens.
avatar
Messages : 35
Disponible en RP : Toujours vivant, toujours debout
Double-compte : Sumi Sonohara

Fiche de Pouvoir
Grade: 24
Année et Classe:
Alter: No Longer Man
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Dim 7 Oct - 14:05
L'héroïne esquissa un sourire. Alors c'est les emmerdeurs de ta catégorie qui font que Ai et Jun passe leur temps à  me brider et s'inquiéter pour ma carrière ? Hoou, que je te bénis, la vie serait d'un chiant sans toi! Inconsciemment,Jaiden sentait aussi qu'il n'était pas -encore- retombé dans la drogue parce que les fauteurs de troubles comme le policier l'attendaient au détour. La pression que lui mettait sur les épaules ses proches n'aurait pas pu être pire s'il n'y avait pas eu se risque d'une photo prise dans la rue, au fond d'un bar, dans un parking. Lui avec la mauvaise personne, avec le mauvais geste, dans le mauvaise état.
La blonde grimace une mine peinée, les lèvres en cœur  et ses cils blonds battant ses pommettes hautes.

« -Mais lieutenant, cette aigreur envers les héros ne serait-elle pas du à une quelconque amertume carriériste ? »

Minauda-elle en se levant lentement, rangeant ses mains dans ses poches en approchant du policier. Elle le toisait des quelques centimètres de plus que lui offrait sa position, un petit sourire condescendant tordant ses lèvres. Ses doigts glissèrent sous le menton de Kioshi, suivant sa mâchoire pour continuer jusqu'à sa nuque.

« - Hum.... Résister... Comme ça ?! »


Lâcha-elle en abattant violemment son pied sur la chaise, entre les jambes du policier, à quelques centimètres de son aine . Ses doigts saisirent ses cheveux ondulés de l'homme, tirant doucement dessus pour lui faire relever la tête, et dardait sur lui un regard malicieux. Et maintenant, que vas-tu faire ? Appeler tes collègues à la rescousse ? Tu es trop jouer pour ça non? J'ai l'impression qu'on se ressemble un peu...
C'était étrange cette sensation d'être fasse à une sorte de reflet de soit. Et peut-être pas agréable. L'Allemand avait l'impression d'une pression autour de son thorax, quelque chose l'empêchant de respirer et réfléchir normalement.
Jaiden rapprocha son visage du sien, ferment les yeux en effleure du bout du nez celui de Kioshi. Un immense sourire couvrait ses lèvres, creusant des fossettes à son menton, bondant ses joues.

« -Hum, lieutenant ? Finalement ça n'est peut-être pas si mal que je n'ai pas de talon... »

Elle rouvrit les yeux, éloignant son visage de celui de Kioshi. Son pied, toujours en place sur la chaise glissa, remplacé par son genoux alors qu'elle s'installait plus confortablement, un œil toujours braqué sur les mouvements de l'homme. Elle n'avait aucune assurance quand à sa réaction, et elle pouvait aussi bien se faire remettre froidement à sa place que recevoir en pleine mâchoire une droite.

« -Pour en revenir à ma poto... »


Ironisa-elle, se retenant de grinçait des dents en pensant à celle qui l'avait collé dans toutes cette merde. Jaiden leva les yeux au ciel, une expression innocente sur le visage.

« -... Bon, je lui ai peut-être mis un coup de poing ! Un petit... »
avatar
Messages : 38

Fiche de Pouvoir
Grade: 26
Année et Classe: Aucune
Alter: Humano-morphe
Voir le profil de l'utilisateur

_____________


"Troublemaker" en musique:
 

Psst! Par ici ma gourde attitrée! :
 
Revenir en haut Aller en bas
Sam 3 Nov - 0:46
Kukuku.

Intérieurement, le lieutenant jubilait face à la tournure que prenait son interrogatoire. Il avait suivi d’un regard à la fois curieux, amusé et avide, la silhouette blonde. Il avait dû faire tous les efforts du monde pour ne garder qu’un sourire en coin sur son visage quand elle posa son pied entre ses jambes. Elle commença à s’agiter autour de lui, il se laissa attraper les cheveux. Souriant toujours, et ayant de plus en plus de mal à camoufler l’expression narquoise et pleine de défi que voulait afficher son visage. La remarque sur son amertume envers les héros le fit craquer.

Il se mit à sourire de toutes ses dents, et laissa échapper un petit rire.

-Kukuku… Vous marquez un point, leur salaire est tellement mieux que le nôtre.

Les doigts de la jeune femme vinrent glisser sur la peau de Kioshi. Lorsque ses doigts effleurèrent la mâchoire et le menton du policier, un frisson le parcourut. Pourquoi la nature avait rendu cette partie de son corps si douillette aux caresses et à la tendresse ? Ce frisson qui était dans un premier temps agréable fini par mettre Kioshi dans l’inconfort. Ça faisait longtemps qu’il n’avait pas été aussi proche de quelqu’un. Et la personne à qui il pensait hypothétiquement refaire ce genre de chose n’était pas… Enfin bref.

Il avait perdu un instant sa contenance, mais son talent d’acteur lui permit de se rattraper.

-Vraiment dommage, oui. J’aurais pu vous accuser de coups et blessures sur un agent de police… Même si là, c’est plus de la corruption.

Le lieutenant s’efforça de se reconcentrer sur la femme face à lui. Quelque chose clochait en elle. Pourquoi une héroïne aurait besoin d’interpeller la police ainsi ? En général, les héros se contentaient d’appeler la police lorsqu’ils étaient trop dépassés pour gérer le vilain et la population. L’idée que cette femme soit une vilaine assez confiante pour s’agiter comme ça face à un agent de police lui traversa un instant l’esprit et lui noua le ventre. Elle se glissa encore plus proche du lieutenant, faisant tambouriner son cœur de peur et s’effacer son sourire.

Mais, la révélation de la demoiselle sur le fait qu’elle été amie avec l’héroïne le rassura. Il sourit de plus belle et glissa son plâtre le dos de la jeune femme soulevant le tissu de ses vêtements pour effleurer du bout des doigts.

-Vous voyez quand vous voulez ? Mais je suis sûr que votre langue peut se délier un peu plus…

Soudainement, Kioshi cessa de restreindre les effets de son alter. Il avait au préalable légèrement griffé la peau de la jeune femme et maintenant la pointe de son index touchait cet endroit exact. La douleur qu’il ressentit dans son propre index et qui s’insinua jusqu’à son coude lui donna un ordre d’idée de la douleur que la jeune femme avait pu ressentir et qui allait continuait d’évoluer. Habituellement, au bout d’une minute la douleur n’était qu’une gêne, comme une démangeaison. Mais le policier restreignait son alter depuis un certain temps déjà et lorsqu’il cessait de contrôler la virulence de son alter, ce dernier avait tendance à s’affoler et à faire ressentir un pic de douleur plus fulgurant qu’habituellement.

Mais le policier n’avait pas seulement fait ça pour mettre un petit coup de pression à sa prisonnière. De sa main libre, il avait attrapé la paire de menottes à sa ceinture et, profitant de la diversion fournie par son alter, il élança l’une des menottes contre le poignet de la jeune femme et referma aussitôt cette dernière. Un deuxième cliquetis retentit quand ses doigts habiles refermèrent la deuxième menotte sur son propre poignet.

Son large sourire habituel s’affichait de nouveau sur son visage quand il leva son poignet et l’agita devant la demoiselle.

-Maintenant, nous sommes liés jusqu’à ce que la vérité nous sépare !
avatar
Messages : 35
Disponible en RP : Toujours vivant, toujours debout
Double-compte : Sumi Sonohara

Fiche de Pouvoir
Grade: 24
Année et Classe:
Alter: No Longer Man
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Dim 4 Nov - 10:22
Comme un écho, le sourire du flic entraîna celui de la femme. Les lèvres desséchées du héros s'étirèrent jusqu'à laissait voir le relief de sa canine. La peau de sa bouche, à bout comme tout son corps, s'était abîmé, déchiré en petites striures blanches peu profondes. Le moindre mouvement de lèvre tiré un peu plus dessus, cornant l'épiderme. Et de cette bouche flétrie par la négligence, collée contre l'oreille du policier, sortie une faible suite de lexies empoisonnés.

« -Enfin vous n'êtes non plus à travail égal. Ils en font plus que de simples flics. »

Ses traits se tordirent en moue provocatrice. Elle sentit frémir sous ses doigts le policier, et s'obligea à étouffer entre l’émail de ses dents le ricanement moqueur naissant de ses cordes vocales.

« -Si la cible de la corruption est consentante aussi... »

L'Allemand appuya son menton contre le sommet du crâne de Kioshi, prenant une inspiration avant de froncer les sourcils. Il y avait une infime odeur de peur tapissant l'air, des relents de méfiances. Jaiden sentait le cœur du flic accélérer. D'une main sur le torse de l'homme, il avait la sensation de sentir ce tambourinement presque physiquement. Et la seule personne pouvant provoquer cette peur, c'était lui. Jaiden appuya son front contre l'épaule du policier, cherchant un tressautement qu'il aurait provoqué dans le vacillement de l'organe creux.

La femme ne sentit pas de suite le plâtre glisser dans son dos. La sensation d'un ongle entaillant sa peau lui fit froncer les sourcils. Un fragment de seconde avant la douleur.
Un jappement lui échappa. Sa main encore sur la nuque de Kioshi devient un bras, un étau refermé autour de son cou. Autant un défouloir contre la douleur sous sa peau qu'une possible menace.

Jaiden classait souvent la douleur en deux catégories. Les douleurs « sanglantes », la sensation d'un coup de couteau, de quelque chose de déchirer. Une sensation vive et acide, souvent brûlante. Et les douleurs « sourdes », plus comme un vielle hématome, une courbature.
Là, c'était inclassable.
Simplement de la douleur à l'état brute, sans cause. Qui se diffusait dans son dos en partant des insignifiantes écorchures qu'avait laissé sur son dos le flic. L'Allemand serra les dents. Cette douleur là ressemblait étrangement à celle des plus violentes crises de manque. Des sevrages de plusieurs jours, il en avait connu. Ils n'avaient pas toujours étaient fait dans les règles de l'art. Et à chaque fois, Jaiden avait cru mourir. Tous ce qu'il réussissait à cacher sous la drogue était ressortie d'un coup, comme un Diable à boîte. Il s'était retrouvé terrasse sous ce qu'il ne voulait pas voir, pas constater, et on lui arrachait son seul échappatoire. La femme prit une inspiration, avalant sa salive entre ses dents serrées, tentant d'oublier la douleur.

« -Hum... Spécial, comme alter.... Et handicapant au quotidien, non ? ….. A moins que vous ne soyez adepte du cuire et des cravaches. »

Glissa-elle à son oreille, d'une voix qu'elle aurait voulu moins raide. La vue des menottes la fit sourire. En moins d'une minute, elle pouvait se sortir du bracelet de faire, et personne ne pourrait arrêter le phénomène. Un rire lui échappa.

« -Lieutenant ! Qu'est ce que vous allez sortir de vos tiroirs maintenant ? Un bâillon ? »

Un ronronnement roula entre ses lèvres alors qu'elle repassait les doigts de sa main libre sur la mâchoire de Kioshi, profitant de la faiblesse décelée.

« - « La vérité, c'est un mensonge qui s'est dégonflé au dernier moment. » Dixit Lacroix. »

Souffla Jaiden, à quelques millimètres des lèvres du flic. Un sourire moqueur assaillit son visage, il se câla plus confortablement contre Kioshi, posant sa tête contre son épaule. Tendu au cas où le policier utiliserait à nouveau son alter.
avatar
Messages : 38

Fiche de Pouvoir
Grade: 26
Année et Classe: Aucune
Alter: Humano-morphe
Voir le profil de l'utilisateur

_____________


"Troublemaker" en musique:
 

Psst! Par ici ma gourde attitrée! :
 
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 8 Nov - 18:23

Voilà que la jeune femme s’installait confortablement. Comme un chat se lovant sur son maître. Mais ici, le rapport dominant dominé était obscur et Kioshi ne préférait pas savoir qui était à quelle place. C’était plus excitant de l’ignorer, se disait-il. Que ce soit pour se rassurer ou non, il avait d’autre chat à fouetter. Façon de parler, bien sûr.

Ces remarques sur la différence entre policier et héros n’arrêtaient pas de faire sourire Kioshi, rôder au profilage approximatif et à la psychologie de comptoir, le lieutenant avait néanmoins appris une chose. C’était davantage une certitude qu’un réel fait, mais Kioshi étant un individu têtu, il y croyait. Il considérait qu’il n’y avait qu’un héros ou un fervent défenseur de la cause héroïque, à la limite, pour dire de telles choses à un officier qui l’interrogeait.

Et il n’y avait qu’un vilain pour continuer de se trémousser contre son tortionnaire même une fois menotté. Mais, ça non plus Kioshi ne préférait pas y penser.

En parlant de proximité, elle commençait à être vraiment trop proche. Le rythme cardiaque et les bouffées de chaleur commençaient à se faire de plus en plus gênante pour le pauvre manipulateur de douleur. Une telle proximité avec une potentielle criminelle n’était pas déontologique et dépassait les bornes, en plus d’être dangereux. Si Kioshi avait l’habitude de tutoyer les limites de l’insubordination, il avait toujours pris soin de ne jamais les franchir. Mais là, la situation lui échappait de plus en plus.

Il avait peur. Il était paniqué. Alors pourquoi ces lèvres ne pouvaient s’empêcher de s’étirer dans un rictus carnassier et avide ?

-Si je vous bâillonnais, comment pourriez-vous avouer la raison de votre dispute avec votre collègue ?

Un sourire joueur illumina son visage tandis qu’il mimait une moue faussement ennuyée.

-Ami, je veux dire ! Où avais-je la tête ?

Le policier tentait tant bien que mal de démentir ou au moins d’oublier, l’idée que la demoiselle soit une vilaine extrêmement dangereuse. Pourtant, le doute persistait, ainsi peut-être qu’en affirmant sa deuxième hypothèse à haute voix, cette dernière s’avérerait vraie. Chassant ses obscures pensées, il renforça la moue joueuse qu’affichait son visage.

-Oh, vous n’imaginez pas à quel point, c’est emmerdant, surtout quand je… Une minute, vous détournez la conversation vers moi !

Il avait pris un visage choqué, presque vexé. Avant de retrouver sa précédente expression.

-Je vous propose de jouer à un petit jeu, chacun répond le plus honnêtement à une question de l’autre.

Dans le même temps, Kioshi enroula son poignet autour de celui de la jeune femme, compressant la chaîne entre leurs peaux.

-Et… ne vous inquiétez pas, j’ai de quoi percer vos mensonges.

Cette fois-ci, son ton s’était fait plus dur, plus sévère.

avatar
Messages : 35
Disponible en RP : Toujours vivant, toujours debout
Double-compte : Sumi Sonohara

Fiche de Pouvoir
Grade: 24
Année et Classe:
Alter: No Longer Man
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Musutafu :: Autres endroits :: Périphérie Nord :: Commissariat de police-