Logo My Hero Academia

Nous sommes actuellement en été, au mois de Septembre

Membre du Mois

Coup de coeur

Coup de coeur My Hero Academia

Les dernières rumeurs

- Alors qu'il exécutait son stage, un élève a été retrouvé carbonisé parmi les décombres. Bien que sous le choc, la police a continué à mener une enquête formelle sur les faits entourant l'équipe de leur maître de stage, Blazing Eye. (Event 2)
- Les malfaiteurs ont été arrêtés durant leurs assauts. Il s'agirait des non moins fameux M.Compress et de ce que les journaux ont nommé "le Démon souriant". (Event 2)
-
- Un vilain aurait attaqué un hôpital, mais aurait été maîtrisé par une patiente de ce même hôpital, bravo à elle !
- Il paraitrait qu'un intrus aurait infiltré l'école des héros pour voler un panier-repas. La crédibilité en prend un coup...
- Le dimanche, on déconseille d'entrer dans les parcs! Attention, les chiens mordent sans raison! (Rumeur d'août)
- Des bruits suspect se sont fait entendre au niveau du port. La police a retrouvé de nombreuses traces de sang mais aucun cadavre ... et des poils de loup. L'analyse de ces derniers n'a encore rien donné. La police soupçonne un lien avec une autre tuerie en centre ville.

14 Heros | 36 Elèves | 12 Ligue des vilains | 10 Vilains | 05 Civils

Notre Histoire

Année 2045. 80% de la population a développé des pouvoirs surnaturels, surnommés Alter. Certains les utilisèrent pour semer le chaos, détruire ou réaliser des activités illégales.
D'autres, à l'inverse, utilisèrent leurs nouvelles capacités pour sauver la veuve et l'orphelin, rendant réel le métier autrefois fantasmé de Super-héros, qui devint, au fur et à mesure, une activité reconnue par l'état. C'est ainsi que des écoles se spécialisèrent dans l'éducation de nouveaux justiciers, prêts à affronter ceux bravant la loi : les vilains. La suite

Nouveautés

11/12 Recensement de décembre, sondages sur le contexte et le tournoi inter-forum ! Consulter
27/06 Bienvenue à Sumi, Kiaria et Chikara dans le staff ! Consulter
25/05 Le groupe "élève" est à nouveau ouvert. Consulter
23/03 Les rumeurs ont été mises à jour ! D'autres informations à suivre ! Consulter
22/03 Le deuxième event est officiellement terminé ! Voici la nouvelle intrigue de votre forum ! Consulter
26/02 Installation du nouveau design de My Hero Academia RPG, ainsi que d'autres petites nouveautées !Consulter
03/12 Un nouvel event débutera très prochainement ! Tenez vous au courant ! Consulter

02/12 Recensement de décembre. Consulter

03/10 Mise en place de la chronologie du forum. Consulter

19/11 Mise en place d'une aide au fair-play. Consulter

12/11 Plusieurs mises à jours ont été effectués sur le forum. Consulter

07/11 Fin du premier event & recrutement terminé !

18/09 Le premier event de MHA est lancé ! Consulter

21/08 Annonce sur les nouveautés ! Consulter

21/08 Nouvelle page d'accueil !

Prédéfinis

Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs

[Juillet 2045] Sais-tu de quoi les anges rêvent ?(PV Chikara) [16+]

 :: Musutafu :: Autres endroits :: Périphérie Sud :: Hôpital Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mar 6 Nov - 21:36

Sais-tu de quoi les anges rêvent ?

Jeu de séduction ou bien ... ?

Feat Chikara Kageko

Je restais donc ainsi quelque temps… Avalant ce que je venais de faire, et digérant les anciennes paroles de Chikara, profitant qu’aucune de nous ne bouge pour me concentrer… Évidemment, jamais quand les gens parlaient de moi, et ça, je ne pourrais pas le changer. C’est l’être de lumière que je suis. Cependant, les mots qu’elle avait utilisés… Oui, jamais je les avais entendus avant à vrai dire. Il faut dire que personne n’osait réellement le faire, même pour s’amuser, car j’avais tendance à envoyer balader ceux qui étaient trop entreprenants avec moi… Puis le contact des lèvres… C’était une première pour moi à vrai dire, et j’avais encore du mal à croire que je venais de donner un baiser à Chikara parmi tous les autres, incidents ou non. Pourtant, je n’avais pas été si horripilé que ça. En vrai, c’est tout l’inverse. Comme un tabou interdit. Non pas parce qu’elle était une femme… Mais pour ce qu’est notre relation si particulière.

On est toutes les deux l’opposé de l’autre et en même temps un reflet identique dans le miroir. Maintenant plus qu’avant, je pouvais de plus en plus la comprendre, alors qu’une sorte de paix semblait apparaître entre nous. Peut-être car j’acceptais finalement cette étrange réalité, peut-être parce que j’étais enfin devenue un peu plus humaine, et moins un élitisme et aristocrate qui pète plus haut que son cul ? Ou simplement je deviens bien plus mature avec l’âge… Voilà, je me mets à penser que je vieillis, il faut que je revienne sur la situation qui est… Pas mieux.

Voilà qu’en plus, Chikara ne semblait absolument pas perturber le moins du monde par ce contact accidentel, comme si elle avait l’habitude de faire de telles choses… Ou simplement, car elle est le genre de femme à camoufler ses émotions derrière un masque neutre, même si de temps en temps, elle refait surface, j’ai pu le constater plus d’une fois lors de nos échanges piquants. Oui, on est véritablement les mêmes...

Derrière l’attitude détachée qu’elle voulait que tout le monde voie…

J’eus un léger sourire alors que le bras de Chikara s’entoura autour de moi, me tapotant le dos. Tout en me disant que j’avais un côté maladroit… Et que cela réussit à me gêner davantage encore et me fit rougir une nouvelle fois. Elle arrive toujours à appuyer au bon endroit au moment, comment veux-tu que je reste silencieuse sans rien dire, sans réagir avec une petite attaque qu’on a l’habitude de se lancer… Pourtant je le fis, et je la laissai me relever en douceur, moi-même coller contre elle pour essayer de me calmer. Enfin, quand elle me demanda si j’allais bien… Avec un ton si gentil… Je restais silencieuse quelque temps. En une journée, j’avais eu plus de découvertes sur elle, et peut-être ma propre personne, qu’en un an en se prenant le bec avec elle. Évidemment, sûrement que pour les autres, c’était un ton ordinaire, celui qu’ils avaient l’habitude d’entendre, mais c’est vrai que pour moi, c’était une première, et ça me perturbait drôlement.

- Ça va… Une héroïne comme moi ne craint pas une si petite chute, surtout quand j’ai un coussin très confortable pour amortir ma chute !

Évidemment, après la confirmation un peu timide, j’avais retrouvé ma personnalité confiante. C’était celle que j’étais au fond. Certains pourraient y voir de l’arrogance, et peut-être qu’ils n’auraient pas tort de penser ainsi. Mais je sais ce que je vaux, et ce que je veux faire, et rien que ça… C’est bien mieux ce que la majorité des gens de notre monde son capable de faire.

Finalement, je me décollais un peu d’elle, sans pour autant me défaire de son bras, et c’est un regard sérieux que je posais sur la bicolore, un regard qu’on ne s’attendrait pas à voir après ma déclaration évidemment. Je profitais de cet instant pour relever la table d’un coup de pied et la stabiliser avec mon autre main, ni vue ni connu… Même si tout le monde devait avoir vu notre cascade spectaculaire dans la cafétéria.

- Hey Chikara…


Je fermais les yeux un instant, réfléchissant à toute allure, mouillant aussi mes lèvres pour les humidifier, ou peut-être pour une autre raison. Je voulais voir une chose, ou plutôt comprendre une chose à propos d’elle, mais pour cela, j’avais besoin d’ouvrir moi-même une partie de mon coeur à cette dernière. Car bien qu’elle arrive à me mettre dans presque tous mes états, nous restions ironiques des étrangères. Pourtant, on est peut-être plus proche que l’on pourrait le penser.

- J’ai une question à te poser, mais on n'est plus à l’abri des oreilles indiscrètes… Tu ne veux pas qu’on aille dans un endroit où que nous deux pouvons y aller ?

Avant même que la bouche de Chikara pour demander où, ou une autre question, je répondis tout simplement.

- Sur les toits, on peut se le permettre, pas vrai ?


Je lui fis un léger sourire, et j’allais dans un couloir isolé, commençant à activer mon alter. Quelques secondes plus tard, je fus accueilli par le léger vent de l’extérieur, prenant une grande inspiration de l’air frais tout en m’étirant, bougeant mes muscles.

- Hmm, ça fait du bien de retrouver l’air de l’extérieur. Hâte de pouvoir reprendre des bouffée d’air de l’oxygène encore pur des sommets du monde…


Je restais simplement ici, laissant le vent guidé mes cheveux dans sa danse, regardant l’horizon, m’asseyant sur un des rebords de l’hôpital, souriant d’un plaisir simple qui m’avais manqué plus que je le pensais, attendant patiemment que Chikara arrive.

… Une âme en peine souffrait en silence derrière le masque.

notes
avatar
Messages : 52
Disponible en RP : Pas pour le moment
Double-compte : Kiaria - Akano - Natsuki

Fiche de Pouvoir
Grade: 18
Année et Classe: 2-A
Alter:
Voir le profil de l'utilisateur

_____________



Revenir en haut Aller en bas
Mar 6 Nov - 22:45
Eh bien, Chikara imaginait que l’anglaise aurait eu tôt fait de se séparer d’elle ou de la repousser… Mais étonnamment, non. En y réfléchissant un peu plus, ce n’était pas si surprenant, en fin de compte. Peut-être qu’elle était trop gênée pour réagir, après tout. Ou alors, peut-être que leur relation avait assez évolué pour en arriver à un stade où ce genre de proximité n’était pas un problème… Finalement, encore une fois l’étudiante réfléchissait beaucoup trop à des choses qui n’ont pas grande importance. Leur point d’arrivé, voilà ce qui était réellement important.

Et puis, il semblerait que l’aristocrate ait retrouvé son répondant… Bien qu’évidemment, au vu de la situation, l’étudiante ne pouvait s’empêcher d’être amusé par sa réponse… Et par le fait d’être comparé à un coussin confortable lui plaisait d’une certaine manière. Surtout la partie confortable. Ainsi, un léger rire lui échappa, soulignant l’aspect assez comique de leur situation, particulièrement d’un point de vu extérieur. On aurait probablement dit un scénario d’un quelconque manga.

-Bien sûr, bien sûr, cette comparaison m’honore grandement, ravis d’avoir pu vous aider princesse.

Finalement, Dawn semblait redevenir sérieuse. Toujours souriante, l’étudiante aux cheveux bicolores pencha légèrement la tête sur le côté, comme attendant ce que son interlocutrice voulait lui dire. Durant le silence, elle put remarquer sans le notifier les regards qui s’étaient posé sur elles. Oh, quoi, elles étaient dans le coin de la pièce, et puis un accident ça peut arriver ! Bon, certes le contact commençait à se prolonger, et du point de vu des autres personnes, elles auraient juste l’air de deux amoureuses démontrant un peu trop leur affection, mais quel intérêt de se soucier de tout cela maintenant. Finalement, elle put enfin mettre de côté ces présences quand la voix de l’anglaise s’éleva de nouveau.

A l’abri des oreilles indiscrètes ? Le toit ? Hum… Alors, peut-être était-ce l’influence des shojo manga qu’elle avait pu lire depuis que Kanae l’avait adopté, mais est-ce que ça ne ressemblait pas affreusement… au prélude d’une confession ? Non, c’était juste le baiser de tout à l’heure qui l’induisait en erreur… Probablement. Pour le coup, Chikara put sentir une infime chaleur lui monter au visage… Avant finalement d’acquiescer en souriant.

Observant Dawn partir en direction du couloir, elle détourna son regard vers les quelques personnes qui regardait encore. Elle se grattait l’arrière de la tête en souriant.

-Ahaha, désolé, elle était dans un moins bon état qu’elle pensait et ca lui a fait faire une belle cascade !

Elle se détourna vers le couloir dans lequel Dawn était partit. En un instant, elle se trouvait devant le portail, sur le point de se fermer, et le traversa d’un petit saut. Se réceptionnant de l’autre côté, elle put sentir un vent soudain venir lui caresser sa peau et faire flotter ses cheveux. Un peu plus loin se trouvait celle qui l’avait menée là. Après être resté immobile et pensive une fraction de seconde, elle avança vers la rambarde et l’autre jeune femme.

-Ah, je pense qu’on peut être d’accord sur ce bien. Rien de mieux qu’un peu d’air frais après avoir été enfermée pendant trop longtemps.

Elle finit par poser ses deux mains sur la barre de métal qui prévenait des chutes accidentelles. Pourquoi étaient-elles venu ici ? Quel genre de question la fille aux cheveux rose pouvait-elle lui réserver ? Après tout, ce n’était sûrement pas pour observer le ciel toutes les deux, bien que ce serait une sympathique surprise. Après quelques secondes de silence, elle se détourna vers Dawn, l’air sérieux.

-Alors, pourquoi est-ce que tu voulais venir jusqu’ici ?
avatar
Messages : 298
Disponible en RP : Disponible o/

Fiche de Pouvoir
Grade: 20
Année et Classe: 2-A
Alter: Déplacement Instantané
Voir le profil de l'utilisateur

_____________

Revenir en haut Aller en bas
Mar 6 Nov - 23:22




Sais-tu de quoi les anges rêvent ?

Deux rêves qui avancent vers l'autre

Feat Chikara Kageko

J’entendais les paroles de Chikara qui affirmait non seulement ce que je disais, mais aussi sa présence ici, elle avait probablement dû utiliser mon portail pour passer juste après moi. Le petit instant de silence entre nous se profilait doucement, jusqu’à ce que Chikara le brise, pour me demander, sur un ton sérieux, et un regard qui l’est tout autant. Ça m’amusait un peu à vrai dire, de la voir ainsi. C’est comme si je voyais une nouvelle facette de sa personnalité qui m’étais jusqu’alors interdite, et bien évidemment, ça ne faisait que me motiver encore plus.

Je me relevais donc, doucement, utilisant la rambarde pour me relever, et une fois debout, je fis lentement glisser mon regard vers Chikara, et je lui fis un léger sourire, avant de tapoter du bout du doigt la pointe de son nez.

- Ça ne te ressemble pas d’être si impatiente ? Aurais-tu une anticipation de ce qui va suivre ? Mais patience, tu vas bientôt le savoir…


D’un mouvement presque agile, je sautais sur la rambarde, laissant échapper un petit gémissement de douleur quand ma jambe blessée s’appuya sur celle-ci. Trouvant finalement l’équilibre, je me mis à marcher le long de la zone non sécurisée, ayant les bras tendus vers le ciel, alors que j’activais le pouvoir de mon alter, au complet, pour y laisser comme des ailes d’anges pousser sur mon dos.

- À vrai dire Chikara… Je ne pensais pas te poser cette question un jour… Non, je ne pensais pas la poser un jour à quelqu’un tout court… Cependant…


Je continuais d’avancer vers le rebord de l’hôpital. Évidemment, d’un point de vue extérieur, tout ça pourrait ressembler à une scène de suicide, mais ce n’est pas le cas. Quand j’arrivais au bord, je m’arrêtais net, bien que je tournais toujours le dos à Chikara, dans ma tenue débraillé de l’académie. Je restais ainsi pendant quelques instants, continuant de fixer l’horizon la tête haute, parlant plus fort pour qu’elle puisse m’entendre malgré le fait qu’elle ne voyait que mon dos, et le stigmate présent sur mon dos.

Il n’empêche que de son point de vue, je devais vraiment avoir l’air d’un ange qui s’apprêtait à grimper au ciel...

- Pour te dire la vérité… J’ai une sensation de lien entre toi et moi. Je l’ai toujours eu, des notres première rencontre, même si je t’ai ignoré à cette époque. Je t’ai ignoré, justement parce que je ne pouvais pas l’accepter…

Je baissais finalement mes bras, et je tournai du bon talon, plantant mon regard doré dans ceux de la bicolore. J’avais un léger sourire sur mes lèvres, peut-être pas visible de son point de vue si elle n’avait pas bougé depuis notre venue sur le toit.

- Mais quelque chose me dit… Que tu sais la réponse que j’attends à cette question. Car tu es comme moi, dans un certain sens. Toi et moi, on est identique, et c’est pour ça qu’on ne peut pas… Non, qu’on ne pouvait pas s’accepter. Alors, réponds à cette question s’il te plaît...


J’ouvrais de nouveau mes bras, déployant mes ailes en la regardant… Non pas avec arrogance comme on pourrait s'y attendre, mais avec tristesse.

- Sais-tu de quoi les anges rêvent ?


… Ou bien d’un ange qui s’apprêtait à quitter son paradis pour rejoindre le monde des mortels.
notes
avatar
Messages : 52
Disponible en RP : Pas pour le moment
Double-compte : Kiaria - Akano - Natsuki

Fiche de Pouvoir
Grade: 18
Année et Classe: 2-A
Alter:
Voir le profil de l'utilisateur

_____________



Revenir en haut Aller en bas
Mer 7 Nov - 0:28

Chikara était resté calme depuis qu’elle était arrivée, et avait bien fait en sorte d’écouter attentivement chacune des paroles de Dawn… Un lien, hein ? Oui, c’était certainement vrai, il existait entre elles un lien, deux inverses qui sont pourtant tellement similaires. Une personne que l’on rejette naturellement, mais à laquelle on ne peut s’empêcher de se sentir attirer. Et bien souvent, la personne que l’on rejette réellement n’est pas l’autre, mais le reflet de soi. C’était probablement ce que chacune d’entre elle était à l’autre. Un miroir vivant.

De quoi rêvent les anges ?

Chikara resta silencieuse quelque seconde. Un sourire triste apparut sur son visage, son regard étant perdu au loin. Mais elle était certaine d’une chose, en ce moment… Dawn ressemblait réellement à un ange. Un être céleste… Si lointain d’elle… Jamais un lien comme ça ne devrait exister entre elles, mais il était pourtant bien là. Fermant les yeux, elle laissa s’échapper un petit rire qui se mélangeait avec un soupir.

-Tu as vraiment le don de choisir tes mots, tu sais ?

Rouvrant les yeux, elle détourna son regard vers le ciel, ne disant rien pendant quelques secondes.

-Les anges… Vivent dans les cieux, n’est-ce pas ? Dans un paradis au sommet du monde, au-dessus de tous. Flottant dans cette vaste mer céleste…

Elle marqua de nouveau une pause. Puis, avec sa main poser sur la rambarde, sauta par-dessus, pour se retrouver en un instant assise au bord du toit, les yeux toujours rivés vers le ciel. Son dos s’appuya contre le métal réchauffé par le soleil, mais cela ne la dérangeait pas. Tendant sa main vers le ciel, presque comme pour attraper le soleil, elle continua.

-Ce même ciel… Je me souviens l’avoir fixé, quand je n’étais encore qu’une enfant. Si bleu, si pur… C’était un océan de liberté, à mes yeux. Mais je le détestais aussi. Parce que peu importe à quel point je tendais ma main, jamais je ne pouvais l’atteindre. Je n’arriverai même pas à me tenir sur mes deux jambes, à la surface, et le ciel encore plus lointain me regardait, misérable.

De nouveau, elle laissa le silence s’installer. Se penchant plus en arrière, sa main finit par s’abaisser, tandis que ses lèvres finirent par former un sourire triste.

-De quoi rêvent les anges, hein ? Comment pourrais-je bien le savoir. Le ciel est toujours si lointain, et je parviens à peine à fouler le sol de mes pieds… Un ange nait dans un monde tellement différent, tellement libre, comment est-ce que je pourrais essayer de le comprendre ?

Chikara pouvait sentir ses yeux s’humidifier… Elle laissait vraiment tomber sa garde, hein ? Mais pourtant, elle ne pouvait l’entendre. La voix de son père, lui rappelant à quel point elle devait être forte. Cette voix insidieuse, diabolique, mais qui ressemblait tellement à une vérité indéniable… Elle ne pouvait pas l’entendre. C’était un peu irritant que quelqu’un perce aussi aisément ses défenses, mais pour une fois, elle l’autoriserait.

Finalement, son regard se détourna vers Dawn, toujours avec un sourire.

-Mais, je commence à me dire que peut-être que les anges sont différents de ce que je pensais. Je me trompe peut-être… Et peut-être que c’est simplement ce que j’espère… Mais peut-être que voler dans le vide n’est pas une liberté. Et qu’ils rêvent de pouvoir marcher aux côtés des humains. Parce que si c’est le cas… Je pourrais bien en rencontrer un.
avatar
Messages : 298
Disponible en RP : Disponible o/

Fiche de Pouvoir
Grade: 20
Année et Classe: 2-A
Alter: Déplacement Instantané
Voir le profil de l'utilisateur

_____________

Revenir en haut Aller en bas
Mer 7 Nov - 21:40

Sais-tu de quoi les anges rêvent ?

Les émotions à coeur ouvert

Feat Chikara Kageko

Je continuais de la regarder le long de sa réponse, et de sa mise en scène légère pour appuyer ses propos. Petit à petit, mes bras se baissaient, et je restais là, le vent seul bougeant mes vêtements et mes cheveux, dévorant les réponses de la bicolore qu’elle me donnait. Malgré les réponses, je ne pouvais m’empêcher de sourire, car à chaque mot qu’elle prononçait, un peu plus elle me donnait raison sur ce que j’avais annoncé avant de lui poser la question.

Oui, elle pouvait me comprendre mieux que quiconque dans le fond.

Une fois sa réponse terminée, et je laissais un léger moment de silence entre nous, avant de me diriger vers elle en silence, en marchant de manière gracieuse. C’est environ à la moitié du chemin qui nous séparait que les premiers mots sortirent de ma bouche. Pendant tout le long de ma marche, mes yeux ne quittaient plus les siens, et je pouvais presque voir d’ici que ses yeux avaient des larmes qui commençaient à pointer et qui menaçaient de couler. Mon sourire était joyeux, bien que mes yeux représentaient la tristesse que je ressentais en moi à ses paroles, dont elle ne doit pas se rendre compte à quel point elle était plus proche de la vérité qu’elle ne le pensait...

- Je me dois de te retourner ton compliment Chikara. Que ce soit que tu es un réel don avec les mots, ou bien le fait qu’on soit si similaire derrière notre caractère qui nous permette de faire ressentir à l’autre bien des choses que par les mots… Toi aussi, tu sais sélectionner tes mots.

Finalement, je me retrouvais devant Chikara, et que je ne quittais pas ses prunelles de yeux. J’osais même passer mes pouces justes en dessous de ses yeux, pour essuyer les potentielles larmes qui risquaient de couler sur son visage tout en lenteur et en douceur, avant de continuer de voix basse, comme si je ne voulais que personne d’elle entende ce que j’ai à dire, bien que nous étions seuls dans ce lieu que seule nous pouvions atteindre.

- Oui, c’est de quoi je rêve au fond. J’ai fini par m’en apercevoir en ayant vécu cette année à l’académie. Ce que je voulais réellement, ce n’était pas m’émanciper de ma mère, et lui prouver que j’étais capable de vivre comme je l’entendais… J’avais besoin de me rapprocher des gens que je voulais protéger… Je voulais les comprendre… Je voulais devenir humaine.

Un léger rire triste, et quelques larmes coulaient de mon visage, mes mains ayant toujours le visage de la bicolore entre elles. Je laissais un petit temps s’écouler une nouvelle, me contentant de regarder la jeune femme en face de moi, la détaillant avec intérêt, avant de continuer sur mes paroles.

- C’est ironique, n’est-ce pas ? C’est pour ça que tu me comprends si bien au fond… Tu l’as dit toi-même. Tu aspirais au ciel, et moi, à la terre, sans jamais aucune de nous puissions l’atteindre comme nous le voulions. Tu voulais la liberté illusoire des cieux, et je voulais la compréhension aveugle des humains. Tu voulais devenir un ange, et moi, une humaine, et c’est pour ça qu’on ne pouvait pas s’accepter. L’autre était à ce qu’on aspirait, on ne pouvait pas la comprendre sur ses choix, mais maintenant, c’est différent… Au fond, peut-être que nous avions réussi à atteindre ce que nous voulions, mais on est peut-être déçu de ce qu’on y a trouvé.

Je détachais mon regard d’elle, les levants aux ciels, déposant mes mains sur ses épaules, continuant mon monologue.

- Plus déçu par ce que cela impliquait, que par ce qu’on y a gagnée. Tu dois être plus libre désormais, pourtant, tu te rends compte que ce n’est qu’une illusion vide, aussi bien d’intérêt, d’humanité, et qu’on reste prisonnier d’une cage, et moi… J’ai vu ce qu’étaient capables les hommes, des horreurs qu’ils ont commis.

Mon regard doré se baissait de nouveau vers elle, qui malgré les larmes, était bien plus joyeux que ce que ma voix laissait paraître. Je voulais sûrement donner une teinte d’espoir à cette tirade qu’on pourrait croire triste, mais qui était plutôt réaliste.

- Cependant, nous sommes grandi de cette expérience. Peut-être qu’on ne peut pas devenir ce que nous voulions être… Mais nous avons appris, nous avons évolué pour devenir meilleurs. Je sais que je suis ne suis pas une personne apte à vivre une vie simple, trop longtemps, j’ai goutté à la liberté pour ça. Je sais que je suis une arrogante, égoïste princesse qui pense que tout lui est acquis de droit, et au fond, même si j’essaye, je ne pourrais plus changer ce qui m’as marqué pendant toute ma vie… Sans vraiment savoir ce que tu as vécu, je pense que toi aussi, tu es dans le même cas de moi. Mais tu sais quoi ?

Je laissais quelques secondes s’écouler, nous faisant reculer vers le bord du toit, bien que je vérifie qu’on est une distance de sécurité pour ne pas tomber, au cas où. Je la guidais par les épaules, comme si c’était ma cavalière de danse. Enfin, quand nous arrivions presque au bord du toit, je repris la parole. Pendant tout le trajet, mes yeux n’ont pas quitté un instant les siens.

- On ne peut certes pas changer l’esprit de notre personne… Mais je crois qu’on peut changer le coeur de ce qu’on est. Mes poussées héroïques en sont la preuve, et les larmes que tu montrais une autre. Je peux me tromper, mais si je me calque sur toi, alors le masque que tu essayes de montrer est une partie de toi, car on t’a appris à être ainsi, tout comme moi et mon exubérance d’aristocrate… Pourtant, regarde-nous. On devient des héroïnes de jour en jour, on devient capable de se voir sans pour autant se battre réellement. On change, et pour le mieux…

Je regardais ailleurs un instant, me demandant si je devais dire ce que je voulais dire… Puis je hochais la tête, faisant glisser mon regard de nouveau sur les yeux de la bicolore, mes joues légèrement rougies par ce que j’allais dire et à rien qu’à l’idée d’y penser. Je pris une inspiration, puis je lui dis ses mots qui, si on me l’avait un an en arrière que je lui aurais dit cela, j’aurais envoyé valser la personne qui aurait osé penser cela.

- Ce que je veux dire… C’est que c’est ma relation si particulière avec toi qui m’as en partie permis de me poser les bonnes questions, car je vais te l’avouer. Tu me touchais plus que n’importe qui. Plus que n’importe qui, j’avais envie de t’ignorer. Plus que n’importe qui, je n’avais pas envie de te voir au-dessus… Car je ne voulais pas perdre contre-moi même. Maintenant, c’est différent, car j’ai fini par m’accepter, et donc par t’accepter…

Je lui jetais finalement un sourire radieux avant de finir.

- L’ange que je suis ne te remercie pas seulement Chikara… Je ne sais même pas si je peux exprimer par des mots ce que je ressens pour ce que tu as fait pour moi. Alors… Je vais faire une chose, une unique chose, libre à toi de réagir comme tu l’entends. Mais sache que cette fois-ci, ce n’est pas maladresse.

Je posais finalement de nouveau mes lèvres sur les siennes. Un simple contact, pourtant, comme à l’accoutumer, le contact avec les siennes était d’une douceur exceptionnelle. Peut-être que c’était normal pour les baiser, et pourquoi tous les couples aimaient tant s’embrasser. S’il y a bien une chose dont je ne sais rien, c’est ça… Mais qui serait assez fou pour vouloir sortir avec une arrogante aristocrate ? C’est pour ça que, malgré mes tremblements à faire une nouvelle chose pour moi, j’accepterais quoi qu’elle me dise suite à ce que je venais de faire, prête à accepter les conséquences.
notes
avatar
Messages : 52
Disponible en RP : Pas pour le moment
Double-compte : Kiaria - Akano - Natsuki

Fiche de Pouvoir
Grade: 18
Année et Classe: 2-A
Alter:
Voir le profil de l'utilisateur

_____________



Revenir en haut Aller en bas
Mer 7 Nov - 23:54
Les larmes qu’elle tentait de retenir avaient fini par couler. Mais ce n’était gère étonnant, car derrière cette façade forte et déterminée qu’elle affichait se cachait une personne fragile, peu sûre d’elle et encore emprisonné par les traumatismes de son passé. Elle savait ce qu’abaisser ses défenses en la présence de quelqu’un d’autre, particulièrement dans ce genre de situation, signifiait. Mais elle l’avait fait malgré tout, presque instinctivement. Probablement parce que celle qui se trouvait avec elle arrivait sans le vouloir à percer des trous dans cette carapace. Et probablement aussi parce qu’au fond d’elle, elle rêvait de pouvoir mettre de côté cette armure, de pouvoir librement s’exprimer, pleurer et rire.

Les doigts de Dawn vinrent délicatement essuyer les larmes qui coulait, ce qui ne pouvait l’empêcher de rougir, détournant le regard une fraction de seconde, avec de se concentrer de nouveau sur la personne en face d’elle. Elle arborait désormais un sourire un peu plus timide, mais sincère et honnête malgré tout. Et durant tout l’échange, jamais elle ne put décoller son regarde de celui de l’autre jeune femme… Comme captivée parce ces deux joyaux, tandis que ses paroles résonnaient au plus profond d’elle-même… Elle n’avait pas tort. Son masque faisait sans aucun doute parti d’elle, et ce pour longtemps. Mais ce n’était peut-être pas une si mauvaise chose, en fin de compte.

Elle pouvait changer. C’était probablement ce qui impactait le plus Chikara. Une question qui l’obsédait : était-elle capable de changer ? De devenir au fond d’elle une véritable héroïne ? Peu importe à quel point elle progressait, elle n’était jamais certaine, au fond d’elle, de s’il s’agissait d’un véritable changement, ou d’une illusion. Et voilà quelqu’un qui lui affirmait qu’elle en était capable. Quelqu’un qui la comprenait probablement mieux que tous ceux qui auraient pu affirmer cela. Les yeux de Chikara s’ouvrirent de plus en plus, comme s’il s’agissait là d’une révélation pour elle. Son sourire disparut quelques secondes, avant de revenir, encore plus radieux. Et ensuite…

Ce que ressentait Dawn. Ce qu’elle voulait exprimer. Ce qu’elle comptait faire… Il lui était facile de le comprendre. Elle pouvait le voir, le sentir dans leur échange de regards. Très sûrement parce qu’elle avait un sentiment très similaire en ce moment. Alors que l’autre jeune femme s’apprêtait à passer à l’acte, elle ferma les yeux. C’était un signe d’approbation, et l’instant d’après, elle pouvait clairement sentir le contact d’une autre paire de lèvres. C’était le même contact que tout à l’heure, mais les sensations, elles, semblaient avoir été multiplié au centuple. C’était doux et envoutant. Le monde qui les entourait n’importait plus, elles n’étaient plus que toutes les deux, en dehors du temps.

Combien de temps dura ce baiser ? Elle n’en savait rien. Peut-être une fraction de secondes, peut-être plusieurs minutes, peut-être des heures entières. Lorsque leurs lèvres se séparèrent, Chikara rouvrit les yeux, fixant Dawn. Une infinité de pensées traversaient son esprit. Elle décida de toutes les mettre de côté, se contentant de rapidement rapprocher son visage de celui de l’autre fille, et de l’entraîner de nouveau dans un baisé, poussé par son simple instinct, comme un désir naturel. Là ou elle était restée passive lors du premier, elle se montrait désormais beaucoup plus agressive et passionnelle, presque pour revendiquer l’autre comme sienne et seulement sienne.

Ce n’est finalement qu’au bout de plusieurs dizaines de secondes que cette agressivité finit par se calmer, et que la bicolore décolla son visage de celui de l’anglaise. Elle respirait à grande bouffée, comme épuisé par l’acte… Son visage était visiblement rouge, et ses yeux se perdaient dans ceux de Dawn. Au bout d’encore quelques secondes, elle ferma les yeux, expirant longuement, avant d’arborer un grand sourire.

-Merci, pour tout ce que tu as dit. Cela signifie beaucoup à mes yeux.

Toujours souriante, elle se releva soudainement pour d’un coup enjamber la rambarde de l’autre côté. Elle ne s’éloigna pas, cependant son regard se perdit dans le vide l’espace de quelques instants, avant qu’elle ne se retourne.

-Tu sais, je ne sais pas réellement à quel point je peux changer. Je suis attaché à mes secrets, et je continuerai sans aucun doute à les garder… Il y a des choses que je ne peux pas encore te raconter. Un jour, sans aucun doute je pourrais tout te dire, mais j’en souffre encore trop aujourd’hui. Mais si tu es prête à l’accepter, je voudrais pouvoir marcher à tes côtés.

Elle tendit la main en avant, pour inviter Dawn à la rejoindre.
avatar
Messages : 298
Disponible en RP : Disponible o/

Fiche de Pouvoir
Grade: 20
Année et Classe: 2-A
Alter: Déplacement Instantané
Voir le profil de l'utilisateur

_____________

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 8 Nov - 17:24

Sais-tu de quoi les anges rêvent ?

L'amour ne connait aucune frontière

Feat Chikara Kageko

J’ai longtemps pensé que les personnes qui disaient se perdre dans les baisers pour des minutes entières, si ce n’est pas plus, soi-disant, car le temps semblait s’arrêter quand leurs lèvres touchaient celle de leur compagnon ou de leur compagne ne disait que des bêtises, ou bien qu’ils étaient complètement jetés… Pourtant, à cet instant, je ne savais même plus combien de temps avait passée dans notre baiser, qui était peut-être chaste, cependant lourd de sens pour chacune de nous. On resta ainsi pendant un moment aussi éternel qu’éphémère, avant que je décide, un peu à contrecœur, de me séparer des lèvres de la bicolore qui semblait avoir accepté mon acte.

Je n’avais même pas eu le temps de réfléchir, de parler, de penser depuis combien de temps on était comme ça, qu’est-ce qui allait se passer maintenant, que déjà Chikara se rapprochait de moi, pour cette fois-ci m’embrasser à son tour, dans un baiser bien plus passionnel et agressif. Surprise tout d’abord par le retour de la balle, surtout que je ne m’attendais clairement pas à cette réaction de sa part, je finis par me laisser prêter à son jeu, et je lui rendais comme je pouvais son propre baiser.

C’est à bout de souffle toutes les deux qu’on se détachait de l’autre, rougit par l’expérience, et la gêne pour ma part. Prenant de grande inspiration pour récupérer l’oxygène que je n’avais plus, je regardais Chikara avec attention et les rougeurs de son visage, qui exprimait bien plus que les mots ce qu’elle ressentait actuellement. Je continuais de la regarder quand elle passa de l’autre côté de la rambarde, répondant obligeamment à ce qu’elle venait de me dire.

- Je pense… Qu’on avait besoin toutes les deux de ses paroles. Même si c’est moi qui les aie dites… Elles nous concernent tout deux.

Je m’approchais à mon tour de la sécurité, mais je m’arrêtais dans mon mouvement alors que je posais une main sur celle-ci pour sauter par-dessus, pour écouter ce que la bicolore, et je suppose ma petite amie désormais, avais à me dire. Les paroles de Chikara ne firent que confirmer mes dernières pensées, et c’est donc avec un sourire que je regardais la main qu’elle me tendait. Puis, peut-être inexplicablement pour elle, je m’élançais dans un fou rire, avant de réussir à me calmer, et de saisir sa main avant qu’elle ne la retire. Je ne voulais pas qu’elle prenne mal le pourquoi je venais de rire, et c’est avec hâte que j’expliquai la raison de mon hilarité.

- Désolé… Je trouve juste cela ironique, comme scène. Changeons de décors, revenons un an en arrière… Et nous avions déjà vécu tout ça. Pourtant, c’est si différent maintenant. Je ne t’ignore plus. Il sera même peut-être impossible pour moi de ne plus te voir désormais. Tu ne cherches plus à l’humilier, mais à m’aider maintenant… C’est fou, on a fait un détour de 180° dans notre relation...

Me faisant aider par Chikara, je me retrouvais de l’autre côté de la rambarde, mais je ne lâchais pas la main de cette dernière. Je la gardais bien précieusement dans la mienne, répondant finalement à ce qu’elle venait de dire.

- Pour ce qui est des secrets… On en a tous. Moi, toi, même notre directeur doit en avoir. Alors, ne te presse surtout pas Chikara. Laisse le temps panser tes blessures, comme il a réussi à calmer l’arrogante princesse que j’étais. Quand le jour sera propice à tes yeux… Je serrais là pour t’écouter, et sûrement partager une partie d’une douleur qui ne partira jamais. En attendant…

Je gardais nos mains collées l’une dans l’autre, et je commençais à marcher vers la porte du toit, la guidant de nouveau vers l’hôpital. Mon visage tourné vers elle, je lui souriais, lui laissant le temps de venir se mettre à mes côtés pour retourner à l’accueil.

- Je marcherais à tes côtés avec plaisir. L’ange que je suis a envie de profiter de ces instants simples avec toi, pour récupérer son coeur humain. Puis, de toute façon… Tu m’aides à marcher aussi, dans le sens premier du terme, vu l’état dans lequel je suis… Donc j’espère que tu n’es pas contre le fait que je me colle contre toi, car j’ai bien l’intention d’en profiter désormais ~ .

C’est avec un regard malicieux à l’égard de Chikara que je poussais la porte du toit, pour que nous puissions descendre dans les étages inférieurs, et essayés de convaincre les docteurs de me laisser filer. Ou peut-être qu’ils avaient enfin fini le dossier me concernant et qu’il me renverrait à Yuuei. Quoi qu’il en soit, pendant la descendre des escaliers, je m’appuyais sur Chikara pour me tenir, aussi bien par envie que par nécessité… D’accord, plus par envie que par réelle nécessité, mais je suppose qu’elle-même appréciait le contact que je lui offrais.
notes
avatar
Messages : 52
Disponible en RP : Pas pour le moment
Double-compte : Kiaria - Akano - Natsuki

Fiche de Pouvoir
Grade: 18
Année et Classe: 2-A
Alter:
Voir le profil de l'utilisateur

_____________



Revenir en haut Aller en bas
Jeu 8 Nov - 23:19
La main qu’elle tenait dans la sienne était une source incomparable de chaleur. Peut-être moins sur le plan physique que sur le plan mental. C’était sans aucun doute la première fois que Chikara demandait à quelqu’un de l’accompagner, de marcher à ses côtés. C’était une sensation étrange, et la bicolore ne pouvait s’empêcher de rougir. Elle n’avait pas l’habitude de cela, de sentir quelqu’un à ses côtés, de sentir qu’elle pouvait ne serait-ce qu’un peu alléger le poids sur ses épaules, en le partageant avec quelqu’un qu’elle aimait.

Et ce que la personne en question disait n’était pas faux, la situation était en effet assez cocasse. De rivales et ennemies à… petites amies ? Le monde était décidément un endroit plein de surprises, des mauvaises bien sûr, mais actuellement surtout des bonnes. Partageant le rire de Dawn qui était contagieux, elle lui répondit avec la même honnêteté.

-Peut-être bien, mais cette relation que nous avons eue, la façon dont nous nous comportions il y a un an, l’une envers l’autre… C’est ce qui a permis d’en arriver là. Et puis je mentirais si je disais que vers la fin, je ne prenais pas un malin plaisir dans le fait de venir t’embêter !

Elle ponctua sa phrase d’un sourire espiègle, avant de reprendre un air plus calme et serein. Et ce fut sans surprise que ses secrets furent acceptés. Elle savait bien que l’anglaise ne l’aurait jamais rejeté pour ça. Elle avait appris à la comprendre, après tout. Mes malgré tout, les paroles qu’elles pouvaient entendre parvenaient à apaiser son esprit et son âme. Elle avait un jour lu que la vraie force consistait à accepter ses faiblesses, et à être capable de se reposer sur les autres… Peut-être que c’était vrai. Et peut-être qu’elle en serait capable. Lentement, petit changement après petit changement, pas à pas, elle arriverait à la meilleure version d’elle-même. Si elle avait une telle personne à ses côtés, si un ange lui tenait la main, alors elle se sentait capable de continuer à aller de l’avant.

-Colle toi contre moi autant que tu le veux, je ne vais certainement pas me plaindre. Je suis plutôt tactile avec les gens que j’aime, de toute façon, alors j’espère que tu sais dans quoi tu t’engage mon petit ange, parce que je n’ai pas l’intention de te lâcher.

Leurs pas finirent par les amener au sein de l’hôpital, beaucoup plus bas au niveau des étages. Ironiquement, avec une dizaine de minutes, elles finirent par retrouver les docteurs qu’harcelaient Dawn quand Chikara était arrivé, et de manière assez amusante, ils semblaient la chercher en panique. Probablement pensaient-ils qu’elle était partie de son propre chef, ce qui n’aurait pas été si improbable que cela. Finalement, il fut assez simple de les convaincre de laisser Dawn partir, sans aucun doute que l’avis favorable d’une déléguée de classe de UA avait aidé à les convaincre.

Finalement, après encore un bon moment, les deux jeunes femmes purent enfin sortir du bâtiment. Une fois arrivée à l’extérieur, l’étudiante se stoppa au bout de quelques mètres, avant de se retourner vers là d’où elles venaient.

-Tu sais, c’est assez amusant… Cet endroit me rappelle des souvenirs que je préférerais garder dans un coin de ma mémoire… Et pourtant, maintenant, c’est aussi là ou deux de mes relations les plus précieuses se sont tissés.

Elle ferma les yeux quelques secondes, prenant une inspiration, repensant à tous les évènements qui s’étaient passé ici. Ses yeux se rouvrirent, et elle se retourna vers celle qui était désormais sa petite amie.

-On devrait probablement rentrer au dortoir, non ? Après tout, j’ai des cours à te faire rattraper. Je ne peux pas me permettre que ma petite amie prenne du retard !
avatar
Messages : 298
Disponible en RP : Disponible o/

Fiche de Pouvoir
Grade: 20
Année et Classe: 2-A
Alter: Déplacement Instantané
Voir le profil de l'utilisateur

_____________

Revenir en haut Aller en bas
Sam 10 Nov - 23:12

Sais-tu de quoi les anges rêvent ?

Retour au bercail

Feat Chikara Kageko

Je rigolais quand Chikara me disait qu’elle était très tactile, et qu’elle n’avait plus l’attention de me lâcher d’une semelle. En guise de réponse, je me collais un peu plus à elle, pour lui montrer que je n’étais nullement gênée dans la voir se coller contre moi à n’importe quel moment.

Finalement, c’est ensemble qu’on arrivait de nouveau à l’accueil de l’hôpital. Après de rapide discussion, aidé par la délicieuse déléguée, ils acceptaient finalement de me laisser sortir, bien qu’ils m’aient demandé de passer voir l’infirmière de l’école pour finaliser mes guérisons. Après des fiches à signer, un appel à l’école pour dire que je sortais, et avoir récupéré mes affaires dans la chambre de l’hôpital, j’avais enfin pu sortir du bâtiment de santé, main dans la main avec la petite amie que je n’aurais jamais cru avoir un jour. Cependant, à peine sortie de l’hôpital, Chikara s’arrêta, et je suivais son regard qui explorait l’édifice que nous venions de quitter.

Deux relations importantes pour, et des souvenirs qu’elle veut oublier… Je ne savais pas ce qu’elle avait vécut, mais vu ce qu’elle disait là, les hôpitaux et elle, la bicolore doit les connaître, mais pas pour de bonnes raisons malheureusement. Resserant légèrement ma main autour de la sienne juste par solidarité, je n’ai pu m’empêcher de sortir une petite blague :

- J’espère que l’autre relation n’est pas comme la nôtre Chikara. Je serais blessée que ce soit le cas !


Quand Chikara tourna son regard vers le mien, j’ai suivi son geste pour la regarder, bien que quand elle me dit que j’avais du rattrapage à faire, ma mine tomba un petit peu. Je sortais de l’hôpital, et j’avais hâte, mais ce n’était pas pour rattraper mon retard sur les cours… Puis je devais récupérer de mes deux semaines dans cette chambre horrible…

- Zut, moi je pensais que tu voulais rentrer au dortoir pour passer du temps avec moi… Mais pas en faisant écrire toutes les leçons que j’ai ratées pendant les deux semaines… Je ne peux pas avoir une nuit de repos… Juste une ? Après de rapide discussion, aidé par la délicieuse déléguée, ils acceptaient finalement de me laisser sortir, bien qu’ils m’aient demandé de passer voir l’infirmière de l’école pour finaliser mes guérisons. Donc rentrons, je me battrais comme il le faut pour surpasser les devoirs ! Ce n’est pas comme si c’était un problème pour moi ! AHAHAHAHAHAHAHAHahahahah ahahah ah….

Ce n'est donc pas très sûr de moi et accompagnée par Chikara que nous rentrions au dortoir de l’académie, qui avait été prévenue de ma rentrée au sein de l’établissement. Pendant le trajet, je ne quittais pas d’un iota Chikara, utilisant même comme excuse aux yeux des autres mes blessures pour m’appuyer dessus sans aucune gêne. Que ce soit dans la rue, ou sur les sièges du métro, je restais accrocher à elle, presque comme un koala. Après quelques dizaines de minutes, on avait finalement réussi à atteindre l’académie Yuuei, légèrement ralentie par ma progression, qui bien que j’essayais de pas trop le montrer, nous ralentissait vu que je boitais encore un peu !

On rentrait donc dans notre dortoir commun, où j’entraînais Chikara dans ma chambre, saluant rapidement au passage les rares étudiants qui étaient dans le salon. Évidemment, notre passage avait un peu attiré les regards, vus que tout le monde connaissant plus ou moins notre ancienne relation. Mais je n’y prêtais guère plus d’attention, avant de nous enfermer dans ma chambre. C’était d’ailleurs la première fois que je laissais quelqu’un d’autres qu’un membre du staff entrer dans ma chambre, qui pas l’exemple parfait de propreté. Sans être un désordre absolu, elle n’était pas spécialement rangée, signe de mon laissé aller par rapport à mon éducation d’aristocrate. Je laissais d’ailleurs mes sacs au pied de mon lit, et ni une, ni deux, lâchant la main de Chikara, bien que ça aurait été drôle de l’amener avec moi, je sautais sur mon lit, criant ma joie !

- Enfin dans ma chambre, qu’est-ce que ça fait du biaïeuh !

Évidemment, un mauvais atterrissage à cause de mes blessures, et j’ai atterri sur mon bras encore blessé. Rien de grave, mais il faut vraiment que je fasse attention à ne pas empirer mes blessures. Je me repositionnais dans mon lit, regardant Chikara avec un léger sourire, mais restant bien ancré dans mon lit avec un petit air de provocation.

- Ahaha, désolé, je me suis laissée emportée… Alors du coup, qu’ai-je à rattraper ma déléguée bicolore ? Des cours ? Des leçons ? Un entraînement ? Ou bien… Le temps qu’on n'a pas pu passer ensemble pendant deux semaines, où tu n’as pas pu avoir la dose de l’Ange que je suis ?
notes
avatar
Messages : 52
Disponible en RP : Pas pour le moment
Double-compte : Kiaria - Akano - Natsuki

Fiche de Pouvoir
Grade: 18
Année et Classe: 2-A
Alter:
Voir le profil de l'utilisateur

_____________



Revenir en haut Aller en bas
Dim 11 Nov - 2:32
La même relation qu’elle avait avec Dawn ? Chikara ne put s’empêcher de partir dans un fou rire en entendant ça. L’idée lui semblait tellement improbable, tellement perchée qu’elle ne pouvait s’empêcher de rire. Bien sûr, sa nouvelle petite amie n’avait très certainement aucun moyen de savoir qu’elle parlait de sa propre mère, bien qu’adoptive. Parvenant tout de même à se calmer, essuyant une larme qui s’apprêtait à couler tellement elle riait, elle adressa la remarque.

-Je parle de ma mère, alors si c’était le cas ce serait vraiment très étrange !

Après ce petit moment de rire, les deux jeunes femmes finirent par définitivement partir de l’hôpital, en direction de UA et des dortoirs. Une chose était certaine, elle n’avait probablement pas été physiquement séparée pendant ne serait-ce qu’une seconde de tout le trajet. L’aristocrate prétendait qu’elle avait besoin de se reposer sur Chikara étant blessé, mais il était évident que ce n’était pas le cas, et qu’il ne s’agissait que d’une excuse pour la coller encore plus. Evidemment, cela ne dérangeait pas le moins du monde la jeune femme, mais elle trouvait assez adorable le fait qu’elle cherche même une excuse, aussi évidente soit elle.

Et ceci ne changea pas une fois arrivée à UA. Ce qui leur valu évidemment quelques regards étonnés, notamment au vu de leur précédente relation, regards auxquels l’étudiante ne répondit que par quelques grands sourires satisfaits. Ce ne fut qu’une fois arrivée au niveau de la chambre de la fille aux cheveux roses que leurs mains se délierrent pour la première fois, tandis que cette dernière s’effondrait sur son lit, se faisant bien sur mal au passage. Chikara poussa un léger soupir, tout en abordant un sourire amusé.

-Fais attention… Ah, qu’est-ce que je vais faire de toi.

Son regard se détourna ensuite de Dawn, pour se concentrer plus sur la pièce. Elle aurait bien été surprise de voir un certain désordre, mais en fin de compte ce n’était pas étonnant, désormais qu’elle connaissait et comprenait bien mieux la demoiselle. Ses yeux se portèrent ensuite sur la fenêtre. L’après-midi touchait à sa fin et les rayons orangés du soleil couchant annonçait bien le début de la soirée. Son air devint pensif pendant quelques secondes, tout en prenant en compte ce que disait sa petite amie.

-Hum, tu sais quoi, attends-moi un peu ici, je vais aller chercher quelque chose dans ma chambre, j’aurais vite terminé.

Offrant un sourire à Dawn et un petit au revoir de la main, Chikara disparu en un instant, fonçant vers sa chambre, utilisant son alter pour aller plus rapidement. Une fois arrivée, elle marque une légère pause, analysant lentement tout ce qui se trouvait là… En à peines quelques secondes, ses yeux avaient précisément repéré tout ce qu’elle cherchait, et il lui fallu moins d’une minute pour préparer tout ce dont elle avais besoin.

Ainsi, en à peine quelques minutes, elle était de retour dans la chambre de Dawn, non sans qu’on lui ait lancé quelques regards interrogatifs sur le chemin. Elle avait pris le temps de se changer, arborant désormais une tenue beaucoup plus simple, composée simplement d’un short noir et d’un tee-shirt blanc uni aux manches courtes, au vu de la saison et de la chaleur qui l’accompagnait. Elle avait pris avec elle un petit sac dans lequel on pouvait plusieurs feuilles dépasser, tout ce dont elle avait besoin pour permettre à Dawn de rattraper son retard… Et enfin avait un ours en peluche callée sous son bras. Déposant le sac, elle offrit un sourire à Dawn.

-Voilà, tout ce que tu dois rattraper. Vu qu’il y a pas mal de chose, je me suis dit que ça prendrait un moment. Je me suis donc changé, pour qu’on puisse s’y attaquer… toute la nuit.

Elle se rapprocha alors de Dawn, avait un sourire taquin au visage.

-Et selon le temps que ça nous prendre et la vitesse à laquelle on va… Peut-être qu’on pourra prendre un moment de la soirée, juste pour toutes les deux.

Cela ferait peut-être, s’était-elle dit, une bonne motivation pour Dawn.
avatar
Messages : 298
Disponible en RP : Disponible o/

Fiche de Pouvoir
Grade: 20
Année et Classe: 2-A
Alter: Déplacement Instantané
Voir le profil de l'utilisateur

_____________

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Musutafu :: Autres endroits :: Périphérie Sud :: Hôpital-